CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Service d'angiologie
Accueil > Patients et famille > Maladies et affections > Maladies des artères > Artériopathie oblitérante > Traitement et suivi

En savoir plus

  • Notre programme de réadaptation vasculaire


Mme Rajaonarivo

Nos examens

L’artériopathie oblitérante


TRAITEMENT DE BASE

Il consiste à surveiller les facteurs de risque d'athérosclérose: contrôle du poids, de la tension artérielle, du taux de sucre et de graisses dans le sang. Il nécessite également un arrêt du tabagisme.

Réadaptation vasculaire

Extrêmement important, l’exercice physique avec entraînement à la marche fait partie du traitement de base de l'artériopathie. Notre service organise un programme de réadaptation vasculaire de trois mois, remboursé par l’assurance de base.

Il comprend un entraînement à la marche et de l’exercice physique à raison de trois séances hebdomadaires de 50 minutes.

Programme de réadaptation vasculaire

Dix heures de cours théoriques visant à expliquer la maladie et les bons gestes à entreprendre s’ajoutent à la partie indispensable d'entraînement.

Traitement de revascularisation

Dans certains cas, une intervention locale au niveau de l’artère lésée peut être envisagée pour restaurer une circulation sanguine suffisante.

Avant toute intervention, un bilan angiologique (i.e. Doppler, écho-Doppler, pléthysmographie, TcPO2, ou test d’effort) est effectué afin de préciser la localisation et la gravité de la maladie. Si nécessaire, ce bilan est complété par une imagerie de type CT scan, IRM ou une artériographie. La situation du patient est ensuite discutée lors d'un colloque vasculaire mutlidisciplinaire organisé par notre service et auquel participent nos collègues chirurgiens vasculaires et radiologues interventionnels. Lors de ce colloque, le type de revascularisation est déterminé. Le compte-rendu du colloque est ensuite envoyé aux médecins responsables du patient.

La revascularisation s’effectue par voie endovasculaire, par chirurgie (pontage artériel, ouverture de l’occlusion) ou en combinant les deux techniques.

  • Dilatation artérielle par voie endovasculaire
    Effectuée sous anesthésie locale, elle consiste à passer un ballonnet dans l'artère pour la dilater. La ponction de l’artère se fait en général au pli de l’aine. Au cours de la dilatation, si nécessaire, un stent (dispositif permettant de maintenir l’ouverture de l’artère) est posé à l’endroit de la lésion.

  • Pontage artériel
    L’intervention consiste à court-circuiter les lésions en réalisant une dérivation entre l’artère au-dessus et l’artère en-dessous des lésions. Le pontage peut être fait avec du matériel artificiel ou avec une veine superficielle souvent prélevée à la cuisse.


Suivi

L'ensemble de nos patient-e-s (avec ou sans revascularisation) nécessitent un suivi à long terme, que nous réalisons par des examens angiologiques (Doppler, écho-Doppler, pléthysmographie, etc.). Ce suivi permet de surveiller l’évolution de la maladie, la perméabilité du pontage ou de la dilatation et ainsi proposer une prise en charge ciblée en fonction de l'évolution.