CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Centre romand
des brûlés
Accueil > Patients et familles > Vivre avec la brûlure > Témoignage de la famille Tornare
Un réseau d'experts

Association Flavie

«J’ai été impressionnée par la prise en charge de mes filles»

Suite à des graves brûlures, les petites Clara et Mélanie, respectivement 3 ans et demi et 5 ans, ont bénéficié de greffes de peau au CHUV. Témoignage de leurs parents.


«Un jour pluvieux de septembre, les petites jouaient dehors, puis elles sont rentrées en courant dans la cuisine de notre restaurant, raconte Ludovic Tornare, leur papa. La première a glissé et heurté les pieds de la friteuse. L’huile s’est renversée sur mes deux filles. Je les ai immédiatement refroidies avec de l’eau et j’ai appelé les secours.» Emmenées en ambulance à l’hôpital de Martigny, elles sont ensuite héliportées au CHUV, à cause de la gravité de leurs brûlures.

Mélanie, la plus petite, est touchée aux jambes, aux pieds, au bras et à la main. Clara est quant à elle brûlée sur le visage et le haut du corps. «Mais nous avons eu beaucoup de chance car ses yeux n’ont pas été touchés», poursuit Claudia, leur maman. Les deux filles sont d’abord soignées par une équipe spécialisée dans la prise en charge des enfants brûlés aux Soins intensifs de pédiatrie. Chirurgiens, infirmières, physiothérapeutes et ergothérapeutes interviennent ensemble dès le départ pour leur prodiguer les soins et la rééducation. «Nous avons été très impressionnés par la coordination de tous ces professionnels, poursuit la maman, qui nous ont également soutenus de façon extraordinaire pour que nous gardions bon moral. Toujours disponibles, ils prenaient le temps d’écouter nos inquiétudes, nous expliquer le déroulement des interventions ainsi que l’évolution des blessures.»

Clara et Mélanie nécessitent chacune des greffes de peau et restent hospitalisées pendant plusieurs semaines au CHUV. «J’ai apprécié que nous ayons été impliqués dans les décisions, ajoute leur maman. Pour Mélanie, les chirurgiens nous ont laissé le choix de la zone où prélever les bandes de peau qui remplacent celles de sa jambe et de ses pieds. Ils ont pris de la peau du cuir chevelu, comme cela a été nécessaire pour Clara. Nos deux filles ont ainsi la même coiffure, elles sont encore plus solidaires.»

Mme Tornare

Tout au long de l’hospitalisation, les parents acceptent les différents types d’aides qui leur sont proposés. Durant les deux premières semaines, ils rencontrent régulièrement des psychologues. «Ces entretiens étaient très précieux, confie Claudia Tornare. Ils nous ont aidés à comprendre les réactions de nos filles face aux événements et à savoir comment se comporter. D’autant plus que Clara a passé son anniversaire intubée à l’hôpital alors qu’une fête était normalement prévue avec ses amis.» L’Aumônerie leur donne un

réconfort durant tout le séjour. Le Service social les guide pour toutes les démarches concernant les assurances ou leur fournit des noms d’associations de soutien. Ludovic et Claudia Tornare peuvent ainsi loger dans une maison proche du CHUV pendant l’hospitalisation de leurs filles.

Aujourd’hui, trois mois après leur accident, Clara et Mélanie peuvent à nouveau jouer comme avant. La sensibilité de leurs greffes nécessite néanmoins quelques précautions: elles doivent éviter l’exposition au soleil, toute activité avec l’eau, la neige ou encore de se cogner. Elles portent également des habits compressifs pour réduire les cicatrices; Clara a aussi besoin de porter une minerve et Mélanie des attelles sur sa main et ses jambes durant la nuit. Elles sont retournées en classe. «L’association Flavie qui soutient les personnes victimes de brûlures est également venue dans leur école pour expliquer l’accident et faire de la prévention, conclut Claudia Tornare. Je n’en ai eu que des bons échos. Les petites parlent facilement de l’accident et c’est même devenu un jeu: quand nous avons des visites, ce sont eux qui font les patients et ce sont mes filles qui jouent le rôle du docteur!»


Le soutien de nombreuses associations

La famille Tornare souligne également le rôle de plusieurs associations qui ont égayé le séjour de leurs filles à l’hôpital. Parmi celles-ci, la Fondation Théodora, dont la mission est d’apporter un mieux-être aux enfants hospitalisés, la Fondation planètes enfants malades, dont le but est d'améliorer les soins ou la qualité de vie des enfants malades, la Fondation Art-Thérapie qui accompagne les enfants et adolescents hospitalisés par l’art-thérapie et la musicothérapie, la Fondation Ida qui soutient les enfants atteints de cancer en organisant des activités créatives et l’Association les pinceaux magiques qui propose de la peinture sur soie.