CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Service de cardiologie
Accueil > Le service en bref > Filière STEMI

Bilan

Après trois ans d’activité, la filière STEMI avait déjà permis une prise en charge rapide et efficace pour plus de 500 patients provenant de tout le canton. Les délais de prise en charge médians ont diminué de plus de 30 minutes.

Lors des différents congrès, les médecins du Service de cardiologie, à l’origine du programme, ont présenté le concept et les résultats de la nouvelle filière. Ils ont rencontré un vif intérêt. Voilà qui pourrait inspirer d’autres centres en Europe.


Angioplastie

Infarctus du myocarde

Pontage aorto-coronarien


En cas d’infarctus du myocarde, le temps c’est du muscle!


Il avait neigé abondamment les jours précédents. Par un beau lundi matin de janvier, un peu après 9h, Monsieur M. est dans sa voiture. Notre retraité hyperactif part faire de la raquette en solitaire, résolu à profiter des neiges fraiches et du soleil.

Pourtant, il doit renoncer à sa belle expédition. En cause, son cœur, qui a décidé autrement. Ou, comme on le constatera plus tard, son artère coronaire droite. Bouchée par un caillot de sang. Soudainement, l’artère n’irrigue plus le muscle cardiaque, appelé le myocarde. Monsieur M. a un infarctus du myocarde – ou une crise cardiaque, comme on le dit souvent.


Une course contre la montre

En cas d’infarctus aigu du myocarde, le temps c’est du muscle ! 30 minutes après la survenue de l’infarctus, le myocarde – en mal d’oxygène – commence déjà à se nécroser. Passé ce délai, les dégâts et les risques de mortalité augmentent à chaque instant. Le muscle cardiaque ne peut pas vivre sans apport d’oxygène plus de 6 à 12 heures. Une intervention d’urgence s’impose.

Heureusement, Monsieur M. repère très vite les symptômes typiques de l’infarctus: subite apparition d’une douleur thoracique, qui peut irradier jusqu’au cou, à la mâchoire, au bras ou au dos. Si l’intensité et la durée des douleurs varient fortement selon les cas, les victimes ressentent une étrange sensation de pincement ou de forte pression.

Monsieur M. arrête immédiatement la voiture. Il tente de garder son calme en dépit des circonstances. Son cœur ne doit pas s’emballer. Il trouve vite de l’aide pour l’accompagner à l’hôpital le plus proche. Le Samaritain à Vevey. Il est environ 10h.

Dès son arrivée aux urgences, on lui fait passer un électrocardiogramme (ECG). 10h27. Les résultats sont faxés au Service des urgences du CHUV. Ils y sont analysés d’après des critères prédéfinis. Si un infarctus aigu du myocarde est effectivement avéré, il faut agir vite. Très vite.  Pour sauver Monsieur M., un cardiologue doit effectuer une angioplastie afin de déboucher son artère coronarienne.  

Or, sur tout le canton de Vaud, un seul endroit dispose de l’équipement nécessaire à cette intervention : la salle de cathétérisme du CHUV (en photo ci-dessus), prête 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. L’alerte est donnée au CHUV et au Samaritain. Il est 10h34. La filière STEMI est déclenchée.


Un rouage bien huilé

Monsieur M. est stable. Profitons de la vingtaine de minutes de trajet en ambulances – toutes sirènes hurlantes – pour une rapide note explicative : La filière de prise en charge de l’infarctus aigu du myocarde (ou filière STEMI pour les intimes) a été inaugurée en janvier 2013. Elle est le fruit d’un travail d’organisation gigantesque, qui a engagé tous les partenaires du canton. Des mois durant, ces derniers ont collaboré à l’élaboration d’un arbre décisionnel et organisationnel extrêmement précis, doté de procédures et critères stricts.

Le tout dans un seul et unique but: raccourcir les délais de prise en charge entre le moment, où le patient appelle le 144 ou arrive aux urgences d’un hôpital du canton, et l’arrivée du patient en salle de cathétérisme du CHUV, à Lausanne. Rappelons-le: Le  temps, c’est du muscle! Et il s’agit là d’un muscle vital.


Les gestes qui sauvent

10h57, au CHUV. Tout le monde est prêt: Les médecins et infirmiers de cardiologie, des soins intensifs et des urgences se trouvent en salle de déchoquage des urgences – à 10 mètres à peine de la porte par laquelle passe l’ambulance de Monsieur M. Immédiatement, l’équipe le prend en charge, le prépare à l’intervention. Monsieur M. passe de la civière d’ambulance au lit d’hôpital. Les données sur son rythme cardiaque, sa tension, sa saturation sont transmises. Il est stable. Il n’y a pas de risque d’arrêt cardiaque. Puis, un médecin et un infirmier le conduisent deux étages plus haut, en salle de cathétérisme, où tout a été préparé pour son arrivée.

11h08. Le cardiologue commence son intervention par une coronarographie: après une ponction à l’artère radiale, au poignet, il introduit un cathéter (un tube souple), qu’il dirige jusque dans les artères coronaires. Il injecte ensuite un produit de contraste qui lui permet de visualiser quelle artère est occluse et à quel endroit. Jusqu’à présent, on connaissait la nature du problème, mais ce n’est que maintenant que l’on découvre la cause exacte: Un caillot de sang bouche l’artère coronaire droite de Monsieur M.

Le cardiologue pratique ensuite l’angioplastie. Toujours en passant par le poignet, il introduit un ballonnet afin de dilater l’artère bouchée. Il implante ensuite une petite prothèse métallique, appelée stent, qui permettra de garder l’artère ouverte. L’intervention a duré 45 minutes. Moins de 3 heures après l’apparition des symptômes, Monsieur M. est sauvé. Il est toujours stable. Aucun dégât à constater. Il est emmené en soins continus de cardiologie, où il restera quelques jours. S’il lui faudra attendre encore quelques temps avant de pouvoir retourner à ses raquettes, la saison d’hiver est loin d’être terminée pour Monsieur M!