CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Centre du sein
Accueil > Patients et familles > Le cancer du sein > Le diagnostic du cancer du sein > Le dépistage du cancer du sein

Pour en savoir plus

www.depistage-sein.ch
Site de la Fédération suisse des programmes de dépistage du cancer du sein

Avec

  • une information par canton

  • une brochure sur le dépistage disponible en 10 langues


Cancer du sein

Le dépistage du cancer du sein

Le dépistage du cancer du sein est la recherche, chez une personne en bonne santé apparente, des signes d'un cancer du sein qui n'a pas encore produit de symptômes. Le but est de détecter une tumeur à une stade très précoce, afin d'en faciliter le traitement et d'éviter qu'elle ne grossisse et se propage ailleurs dans le corps.


L'importance du dépistage précoce


Plus un cancer du sein est détecté tôt, plus les chances de guérison sont grandes.
Grâce au dépistage précoce, la moitié des cancers du sein sont décelés alors qu'ils mesurent moins de 2 cm.
Ce niveau de détection permet d'atteindre de très hauts taux de guérison tout en réduisant considérablement l'agressivité des traitements appliqués. Il est donc important de s'informer sur le cancer du sein car cela peut sauver des vies.

Les formes de dépistage


Il existe deux sortes de dépistage :

  • le dépistage individuel, qui dépend des risques personnels d'être touchée par un cancer du sein

  • le dépistage de masse (appelé aussi "screening"), organisé pour toutes les femmes dès 50 ans.

Sur 100 mammographies de dépistage, 95 ne montreront aucune anomalie dans les seins. Sur les 5 restantes, décrites commes suspectes, on procédera à d'autres examens, et parmi ces 5 clichés suspects, 1 seul se révèlera être un cancer, les 4 autres étant des kystes ou des fibroadénomes bénins.
(site de la Fédération suisse des programmes de dépistage du cancer du sein).

Quels sont les risques d'être touchée par un cancer du sein ?


Même si on comprend mieux aujourd’hui les mécanismes de développement des cancers, les causes du cancer du sein ne sont toujours pas connues. Des études ont toutefois mis en évidence certains facteurs de risque, listés ci-dessous, et susceptibles de favoriser le développement de la maladie.

Mis à part les facteurs familiaux ou génétiques, il faut savoir que ces données ont été basées sur des statistiques mesurées pour un grand groupe de personnes. Elles ne peuvent pas être interprétées pour une situation individuelle. Cela signifie qu’une femme qui possède une ou plusieurs de ces caractéristiques peut ne jamais développer un cancer du sein ; tout comme il est possible qu’une femme n’ayant aucune de ces caractéristiques soit atteinte de la maladie. Aucun de ces facteurs de risque n’a un impact décisif sur le développement du cancer du sein.


L’âge


Le risque de développer un cancer du sein augmente avec l’âge. Pour cette raison, des programmes de dépistage ont été mis en place pour les femmes à partir d’un certain âge (souvent 50 ans).

Les caractéristiques propres à l’individu ou des comportements et habitudes de vie


Certains facteurs de risque ont été identifiés :

  • des premières règles avant 12 ans et une ménopause après 55 ans

  • une absence de grossesse ou une première grossesse après 40 ans

  • un traitement hormonal substitutif après la ménopause

  • certaines habitudes alimentaires (consommation d’alcool, de sucres et de graisses d’origine animale notamment)

En revanche, plusieurs grossesses et un allaitement prolongé pourraient diminuer le risque de développer un cancer du sein.

Les études scientifiques n’ont pas trouvé de lien entre :

  • l’utilisation de déodorants ou anti-transpirants à base de sels d’aluminium et le développement d’un cancer du sein

  • un choc sur un sein et le développement d’un cancer. Cependant, une femme peut découvrir une tumeur du sein après s’être heurtée parce qu’elle est plus attentive à son sein.

Les données disponibles aujourd’hui ne permettent par ailleurs pas de conclure à l’existence d’une relation entre l’apparition d’un cancer du sein et un stress ou un événement douloureux (comme une séparation, un deuil, la perte d’un emploi, etc.). Des études sont en cours pour mieux connaître ces facteurs et en identifier d’autres.

Les facteurs génétiques ou familiaux


Un petit nombre de cancers du sein sont liés à des facteurs génétiques ou familiaux. C’est parfois le cas lorsque :

  • plusieurs femmes de la même famille ont eu ou ont un cancer du sein

  • une femme de la même famille a eu un cancer du sein avant l’âge de 40 ans

  • plusieurs personnes de la même famille ont eu ou ont un cancer du côlon ou des ovaires.

Dans ce cas, le médecin peut proposer une consultation chez un spécialiste en onco-génétique.