CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Centre du sein
Accueil > Patients et familles > Le cancer du sein > Les traitements du cancer du sein > La reconstruction du sein > L'implant avec expansion tissulaire

L'implant avec expansion tissulaire

La chirurgie de reconstruction du sein à l'aide d'un implant (ou prothèse) nécessite une technique préparatoire à sa pose : l'expansion tissulaire.


Définitions

Un expanseur est une prothèse temporaire dégonflée ressemblant à une poche vide munie d’une petite valve. Elle est placée sous le muscle de la paroi thoracique, puis elle est gonflée progressivement pendant plusieurs semaines, afin d’étirer la peau et les différents muscles.

La reconstruction par implant nécessite que la quantité de peau à l’emplacement du nouveau sein soit suffisante pour y ajouter le volume souhaité. La pose de la prothèse est donc précédée d’une étape visant à étirer la peau au moyen d’un expanseur, afin de créer l’espace nécessaire.

Avantages

L’intérêt majeur d’une reconstruction par implant est qu’elle est relativement simple, que l’intervention chirurgicale est courte et qu’elle ne nécessite pas de nouvelle cicatrice sur le sein ou à un autre endroit du corps. Si elle permet de retrouver le volume du sein, cette technique présente toutefois l’inconvénient de donner un aspect bombé qui ne suivra pas une évolution naturelle au cours du temps.

Planification

Deux moments peuvent être envisagés pour initier une reconstruction par prothèse avec expansion tissulaire :

  • dans le même temps opératoire que la chirurgie du cancer.

  • dans un deuxième temps, après la réalisation de l’ensemble des traitements.

Aucune prothèse ne peut être considérée comme implantée à vie. Un changement d’implant est planifié dans tous les cas tous les 10-15 ans.


Source : Société cancadienne du cancer