CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Service
de chirurgie viscérale
Accueil > En bref > Staff > Nos teams > Colorectal et proctologie > Kyste sacro-coccygien
Colorectal et proctologie

Kyste sacro-coccygien


Le kyste sacro-coccygien ou kyste pilonidal (ou encore maladie pilonidale) correspond à une infection aiguë ou chronique qui survient le plus souvent dans la région sacro-coccygienne (au sommet du pli des fesses).

C’est une maladie acquise (qui apparaît au cours de la vie) qui atteint 1% des hommes et 0.1% des femmes. Elle se voit habituellement chez l’adolescent ou le jeune adulte à forte pilosité (poilu). Elle se manifeste par l’invagination (pénétration) des poils dans le derme (peau) du pli interfessier. Ceci crée une réaction inflammatoire s’étendant dans le tissu sous-cutané (sous la peau), formant une cavité ou kyste. Une suppuration (écoulement de pus) aiguë ou chronique se développe à la faveur d’une surinfection de la cavité (kyste) contenant les poils, par des bactéries de la peau et de la région anale. Cette suppuration de la région anale ne doit pas être confondue avec un abcès para-anal ou une fistule anale, car elle n’atteint jamais le canal anal. On trouve fréquemment des trajets secondaires (fistules) depuis le kyste, au niveau de la peau en surface dans la région des fesses et entre celles-ci.

En raison du caractère infectieux (formation d’abcès) et récidivant de cette maladie, une opération est nécessaire.

Si la cavité s’infecte, un abcès se forme (tuméfaction rouge et douloureuse). Le traitement est alors l’incision de cet abcès afin que la cavité se vide de l’infection. Le traitement définitif requiert une seconde opération quelques semaines plus tard, une fois l’infection guérie, afin d’enlever complètement le kyste contenant les poils. Ainsi, plusieurs étapes peuvent nécessiter un geste chirurgical :

  • L’infection aiguë du kyste avec formation d’abcès nécessite une opération (incision et drainage) relativement urgente. Bien que le geste chirurgical soit bref (5-10 minutes), une anesthésie générale est conseillée en raison de la douleur créée par cette inflammation et infection du kyste.

  • L’infection chronique avec écoulement en surface nécessite l’excision du kyste et des trajets de drainage de façon non urgente (programmée). Elle se pratique en anesthésie générale ou locorégionale (péridurale).

  • Le kyste sacrococcygien en période calme (non infecté) doit être excisé (enlevé) ainsi que ses trajets en surface avec le site de la cicatrice sur la fesse si un abcès s’est déjà manifesté et a été drainé (par incision ou spontanément). L’opération se pratique également en anesthésie générale ou locorégionale (péridurale).

Ces deux dernières modalités thérapeutiques, non urgentes, peuvent être effectuées de façon ambulatoire dans la majorité des cas. Le patient peut ainsi rentrer le jour même de l’intervention.

Les suites opératoires nécessitent la prise de médicaments anti-douleurs et anti-inflammatoires. Un suivi clinique régulier est par contre nécessaire en raison des soins à prodiguer afin d’éviter la récidive et la surinfection de plaie (en relation avec la peau de la région anale contaminée). Ce suivi est assuré à notre consultation spécialisée jusqu’à la guérison complète.

Pour toute information ou consultation portant sur une pathologie de kyste ou d’abcès de la région des fesses ou proche de l’anus, s’adresser à la consultation de Chirurgie septique et proctologie, BH 12, CHUV. Tél : +41 21 314 2884