CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Service
de chirurgie viscérale
Accueil > En bref > Staff > Nos teams > Endocrine, mélanome sarcome et transplantation > Greffe rein
Endocrine, mélanome sarcome et transplantation

Greffe rein



En Suisse, au cours de l’année 2008, 128 greffes rénales à donneur vivant et 90 à donneur décédé ont été réalisées.


Anatomie et physiologie

Les reins sont placés de chaque coté de la colonne vertébrale lombaire, en dessous des dernières côtes. Ils peuvent être comparés à des filtres, qui assurent plusieurs fonctions dans l’organisme :

  • la régulation du métabolisme, de l’eau et des sels minéraux

  • l’élimination des substances toxiques et des déchets

  • la régulation de la tension artérielle

  • une production d’érythropoïétine stimulant la formation des globules rouges

  • une partie du métabolisme du calcium à travers un dérivé de la vitamine D


Physiopathologie

Une insuffisance rénale correspond à la perte de fonction du filtre, donc du contrôle des déchets et/ou de l’eau. Son origine peut être :

  • une déficience des glomérules rénaux (structure microscopique du filtre) en raison d’une réaction immunitaire, d’une infection, d’une hypertension artérielle, d’un diabète ou d’une autre cause inconnue.

  • des infections rénales à répétition.

  • des maladies du système urinaire.

  • l’abus de médicaments anti-douleurs ou d’anti-inflammatoires.

  • les maladies polykystiques héréditaires (tous les organes parenchymateux (= de type « glande ») comme le foie, la rate, les reins, présentent des structures comparables à des poches remplies de liquide).

  • une atrophie rénale (involution du rein), la perte d’un ou des deux reins après un accident ou un cancer rénal.


Greffe rénale

Un seul rein suffit normalement pour vivre. L’insuffisance rénale terminale réduit significativement la survie des patients. La dialyse (surtout l’hémodialyse) est un traitement lourd, diminuant la qualité de vie et la survie, en particulier à partir de 2 ans de traitement. C’est pour cette raison que la greffe de rein est actuellement considérée comme le meilleur traitement en cas d’insuffisance rénale chronique sévère et terminale. Plusieurs situations peuvent se présenter :

  • Greffe rénale préemptive : Greffe lors d’une insuffisance rénale pré-terminale, avant qu’une dialyse ne soit nécessaire.

  • Greffe rénale à donneur décédé : patient décédé (mort cérébrale) qui peut donner plusieurs organes (2 reins, 2 poumons, 1 cœur, 1 foie, 1 pancréas, 2 cornées) et aide autant de receveurs.

  • Greffe rénale à donneur vivant : en raison des délais d’attente (actuellement environ 4 ans) et du résultat excellent de ces transplantations, le don de rein à partir d’une personne vivante devient de plus en plus fréquent. Plus de 50% des greffes rénales sont actuellement réalisées ainsi dans certains centres comme le CHUV.

La prise en charge de patients en insuffisance rénale pouvant nécessiter une greffe rénale fait appel à une équipe multidisciplinaire, gérée conjointement par les services de transplantation et de chirurgie viscérale, dont les référents sont à disposition pour tout renseignement. Que le rein provienne d’un donneur décédé ou d’un donneur vivant, il comporte les 3 structures qui le connectent au corps : l’artère et la veine pour le sang et l’uretère pour les urines (à la vessie).


Greffe rénale à donneur vivant

Prélèvement du rein chez le donneur vivant

Une technique minimale invasive (laparoscopie) est systématiquement utilisée. On réalise une ouverture de la paroi abdominale, comme pour une césarienne, ce qui permet de se faire aider d’une main pendant l’opération, et ensuite d’extraire le rein.  Deux orifices sous le rebord des côtes seront également pratiqués pour les instruments de travail et pour insérer la caméra qui transmettra les images de l’opération. Ces orifices mesurent entre 5 et 12mm. Le rein est alors préparé dans une solution froide de préservation. Il sera ensuite emmené dans la salle d’opération du receveur. Au CHUV, l’opération de ce dernier est réalisée en parallèle avec celle du donneur. Le donneur est hospitalisé entre 3 à 5 jours environ en fonction de l’évolution.

Greffe du rein chez le patient receveur

Le rein est placé dans le bas de l’abdomen, à droite ou à gauche. On réalise une reconnexion (anastomose) des vaisseaux sanguins principaux du rein (artère et veine rénales) à la veine et à l’artère iliaques du receveur. On re-connecte également l’uretère du rein greffé à la vessie du receveur. Le greffé rénal sera hospitalisé jusqu’à l’obtention d’un bon fonctionnement de sa greffe rénale, en général 2 semaines environ.