CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Service
de chirurgie viscérale
Accueil > En bref > Staff > Nos teams > Oesophage, estomac-paroi > Chambre implantable
Oesophage

Chambre implantable


Certaines maladies peuvent nécessiter l’injection fréquente, répétée ou en continu, de produits thérapeutiques. Il peut s’agir de chimiothérapie pour un cancer (le plus fréquent), d’antibiotiques durant plusieurs mois, d’alimentation intra-veineuse ou de transfusions répétées. Ce système permet aussi l’injection de produits pour réaliser des radiographies (scanner) et les prélèvements de sang.

Ce système se compose d’une chambre totalement implantable sous la peau, reliée à un cathéter qui accède directement dans une grosse veine (la veine sous-clavière). Ainsi, les produits parfois très agressifs pour les veines (qui peuvent s’enflammer ou se boucher) sont injectés avec un faible risque et une excellente tolérance.

Il s’agit d’une opération réalisée en anesthésie locale (qui peut être complétée par des médicaments relaxants en cas de stress) qui dure 45-60 minutes, en général en ambulatoire. La chambre d’accès est sous la peau. Une fois la cicatrisation terminée, il sera possible de se doucher ou se baigner. En général, une légère bosse restera visible. Une fois que le traitement est terminé et que la chambre n’est plus nécessaire, il est possible de la retirer par une anesthésie locale (durée d’intervention environ 30 minutes).


Le médecin qui réalisera l’intervention et l’équipe médicale qui vous suivra vous informeront à chaque étape des points importants. Entre autres:

  1. Il s’agit d’un corps étranger (non magnétisable) qui ne peut être utilisé (ponction, prise de sang, injection) que par du personnel entraîné et formé (stérilité des gestes, utilisation d’une aiguille spéciale). En cas de doute: refuser son utilisation abusive.

  2. Pendant le traitement, vous recevrez des instructions concernant la prévention et les risques lors de l’injection des produits: vous devez signaler sans délai toute douleur ou bosse qui apparaîtrait au lieu d’injection.

  3. Comme l’accès à la veine principale doit être garanti, elle ne doit pas avoir souffert auparavant. Si d’autres cathéters (appelés voie centrale) ont déjà été mis à cet endroit, que le bras a gonflé une fois ou que la maladie se situe sur le haut du corps des 2 côtés (cancer du sein par exemple) ou après radiothérapie, on peut être obligé d’accéder par d’autres veines du corps, ce qui nécessite une anesthésie générale et une information complémentaire.