CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Service
de chirurgie viscérale
Accueil > En bref > Staff > Nos teams > Oesophage, estomac-paroi > Chirurgie bariatrique (obésité) > Indications opératoires
Oesophage

Indications opératoires


Malgré les progrès foudroyants des techniques chirurgicales et de l’anesthésie, la chirurgie demeure particulièrement risquée chez les patients qui présentent une obésité morbide. Afin que les risques du traitement ne dépassent pas ceux de la maladie à laquelle il s’adresse, des critères bien précis d’indications opératoires ont été définis dans le cadre de différentes conférences de consensus. Selon les critères habituellement reconnus, la chirurgie est recommandée chez les patients dont l’indice de masse corporelle (IMC) est supérieur ou égal à 40 kg/m2, ainsi que chez ceux dont l’IMC est supérieur à 35 kg/m2 et présentent une ou plusieurs comorbidités sérieuses de l’obésité. On exige de plus que l’obésité date d’au moins cinq ans, que le traitement conservateur ait fait la preuve de son inefficacité, et qu’il n’y ait pas de contre-indication opératoire.

Parmi ces dernières, on retiendra tout particulièrement les toxico-dépendances, les états psychotiques, certaines affections chroniques comme l’insuffisance hépatique ou rénale grave et les maladies inflammatoires de l’intestin, les maladies tumorales non contrôlées, et des antécédents récents de maladie thrombo-embolique.

En Suisse, le remboursement par les caisses-maladie de la chirurgie de l’obésité est l’objet de controverses depuis des années, et les critères retenus sont nettement plus restrictifs que dans d’autres pays occidentaux. Ainsi, la prise en charge n’est admise que pour les patients dont l’IMC est de 40 kg/m2 ou plus et qui présentent au moins une comorbidité sérieuse.

(Tiré de l’article de Dr M. Suter & Coll., publié dans la Revue médicale suisse)