CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Service
de chirurgie viscérale
Accueil > Professionnels de la santé > Adresser un patient > PIPAC : Chimiothérapie intrapéritonéale pressurisée par aérosols

PIPAC : Chimiothérapie intrapéritonéale pressurisée par aérosols


Madame, Monsieur

Vous souffrez d’une maladie maligne avancée avec atteinte du péritoine. De nos jours, les traitements de la carcinose péritonéale restent limités et avec un pronostic réservé.

La chimiothérapie palliative standard n’apporte fréquemment qu’une amélioration modeste du pronostic avec de faibles taux de réponse tumorale. De plus, ce traitement et associé à un risque important d’effets secondaires délétères. La prise en charge chirurgicale qui peut s’associer à une administration de chimiothérapie en intra- péritonéale (CHIP) est une alternative efficace mais très lourde ; des patients fragiles ou âgés ne peuvent alors pas bénéficier de ce traitement.

Grâce aux dernières avancées dans la recherche médicale, nous sommes à ce jour, en mesure de vous proposer une nouvelle approche thérapeutique efficace, moins néfaste, tout en préservant votre qualité de vie. La Chimiothérapie intrapéritonéale Pressurisée par Aérosols (PIPAC) permet d’administrer la chimiothérapie par voie minimal-invasive directement dans la cavité abdominale.

Malgré que PIPAC soit une nouvelle option thérapeutique, elle n’est pas un traitement expérimental. Plus d’un millier de procédures ont déjà été effectuées dans des centres spécialisés européens avec des résultats prometteurs. Le taux de réponse tumorale et le ralentissement de la progression de la tumeur ont été prouvés et une prolongation de la survie semble probable chez les patients ayant bénéficié de cette nouvelle procédure. Heureusement, cette procédure minimal-invasive est lié à un taux faible d’effets secondaires et à des risques opératoires acceptables.

Après discussion multidisciplinaire et évaluation des alternatives, nous sommes convaincus que vous pourriez bénéficier de cette nouvelle approche thérapeutique.


Déroulement de la procédure

PIPAC est obligatoirement appliqué par voie laparoscopique. La vaporisation améliore la distribution des agents de chimiothérapie dans la cavité abdominale ; et l’application sous pression (standard pour la laparoscopie) augmente la pénétration locale de la chimiothérapie.

L’intervention se déroule sous anesthésie générale. Deux trocarts sont insérés dans l’abdomen à travers deux petites incisions de 5-12 mm, puis de l’air y est introduit afin de créer un espace de travail (Schéma). Des biopsies des lésions tumorales sont effectuées, puis la chimiothérapie est injectée dans l’abdomen sous forme d’aérosol pressurisé que nous laissons agir durant trente minutes.

L’intervention prend fin avec l’évacuation de l’aérosol et la fermeture des orifices. La procédure dure moins de 90 minutes au total. La durée de séjour moyenne après l’opération se situe aux alentours de 3 jours.

A l’heure actuelle, nous préconisons 3 séances de PIPAC dans l’espace de 3 mois (intervalle entre les applications : 6 semaines). Tous les patients bénéficiant de cette nouvelle procédure sont enregistrés dans une base de données et bénéficient d’un suivi très structuré en postopératoire. Les données personnelles récoltées seront traitées de manière strictement confidentielle et seront anonymisées.



Schéma de la procédure


Bénéfices

Des résultats prometteurs sur le ralentissement de la progression de la maladie, diminution des symptômes et prolongation de la durée de vie. En diminuant le nombre d’incisions, l’introduction de la nouvelle méthode permettrait de diminuer les complications qui y sont liées (infections, hernies, créations d’adhérences dans le ventre) et ainsi améliorer la qualité de vie. La possibilité de reproduire la méthode et ainsi de potentialiser son effet. Durée de séjour hospitalier courte (normalement <5 jours).


Effets indésirables

  • Fréquents (50%) : fièvre, douleurs abdominale au niveau des cicatrices, nausées.

  • Rare (1%) : lésion intestinale lors de l’introduction des trocarts ou lors des biopsies.

  • Très rare : réaction cutanée toxique, risques de métastases au niveau des sites d’introduction des trocarts.


Comment nous adresser un patient?

Si vous souhaitez que votre patient soit examiné dans le cadre de la consultation initiale ou son cas discuté au colloque, vous pouvez remplir le formulaire en lien en bas de page et l'envoyer à l'adresse : chv.carcinose@chuv.ch