CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Accueil > list of news > News and Events - Detail
Centre hospitalier universitaire vaudois
fermer

Changement de décor pour le personnel du bloc opératoire 1/5

Les 16 nouvelles salles d'opération construites pour permettre la rénovation du bloc central du BH05 sont terminées et le personnel du bloc s'apprête à changer de décor. Tobias Jomini, technicien en salle d'opération, nous explique ce qui l'attend.

Publié par Rachel Perret Antille

Tobias Jomini, 28 ans, est l’un des deux instrumentistes référents pour la chirurgie vasculaire et la chirurgie thoracique. Arrivé au CHUV en 2010 comme étudiant TSO en 2ème année, c’est un stage en salle d’opération qui lui révèle les aspects extrêmement techniques de ce métier et le motive à suivre cette formation. Même s’il aime «travailler sous stress», il se réjouit que la tension liée au déménagement du bloc soit derrière!

«On a essayé de penser à tout et je crois qu’on l’a fait ! Mais le dispositif ne sera vraiment rôdé qu’une fois qu’il aura été mis à l’épreuve et que les complications, qui ne vont pas manquer d’arriver, auront pu être résolues.» Pour Tobias Jomini et les quelques 80 autres instrumentistes du bloc, les habitudes de travail vont radicalement changer dans le nouveau bâtiment.

Plus d’arrière-salle, tous en salle!

Dans sa nouvelle infrastructure, le bloc disposera de quelque 1000m2 de moins qu’actuellement. Si les salles d’opération seront légèrement plus grandes, l’espace de stockage sera lui considérablement réduit et les arrière-salles disparaîtront complètement. Les instrumentistes devront donc monter leurs tables d’instrumentation en salle d’opération, aux côtés du patient, des anesthésistes et des autres spécialistes du bloc.

«Selon les opérations, préparer une table d’instrumentation prend entre 20 minutes et une heure, explique Tobias Jomini. Par ailleurs, déballer les instruments, les ordonner, monter la table, tout cela implique passablement de mouvements et de bruits métalliques. Nous devrons faire en sorte que le patient ne ressente pas de stress supplémentaire. Jusqu’à présent nous avions tout sous la main en arrière-salle et pouvions travailler en parallèle des anesthésistes, sans trop se préoccuper d’eux, finalement. Certaines tâches qui se faisaient simultanément se feront désormais les unes après les autres. Il y aura plus de monde en salle et chacun devra adapter sa façon de travailler.»

Les arrière-salles, long couloir commun à toutes les salles d’opération, offraient par ailleurs un espace de rencontre et d’échanges: «Nous verrons moins les collègues», regrette Tobias Jomini.

A nouvelle organisation, nouveaux horaires

Les espaces de stockage diminuant considérablement, les instrumentistes devront préparer leurs chariots de matériel la veille de chaque opération et commander aux magasiniers tout le nécessaire. «Pour s’adapter à cette nouvelle organisation nos horaires de travail changent. Nous devrons tous faire preuve de plus de flexibilité, mais cela en vaut largement la peine! Nous aurons un bloc high-tech et dans trois ans… deux blocs high-tech!», conclut Tobias Jomini.



Lien(s)

Le voile se lève sur le bloc opératoire complémentaire
«Un bloc opératoire qui n'aura eu de transitoire que le nom»
Le bloc opératoire déménage



Dernière mise à jour le 23.03.2017 09:47