CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Accueil > Liste des actualités > Actualité ou Agenda - Détail
Centre hospitalier universitaire vaudois
fermer

Avancée dans le traitement de la fibrose cardiaque

Cibler une molécule d'ARN non codant pour freiner la fibrose cardiaque suite à un infarctus du myocarde et améliorer la fonction du coeur.

Publié par Thierry Pedrazzini

Une étude signée par le professeur Thierry Pedrazzini, directeur de l’Unité de Cardiologie Expérimentale du Département C ur-Vaisseaux, montre que l’on peut cibler une molécule d’ARN non codant pour freiner la fibrose cardiaque suite à un infarctus du myocarde et améliorer la fonction du c ur.

L’étude publiée dans la revue Science Translational Medicine met en évidence pour la première fois l’importance d’un ARN (acide ribonucléique) non codant dans la régulation de l’activité des fibroblastes cardiaques et du développement de la fibrose.

Les troubles cardiovasculaires, et en particulier les maladies coronariennes, sont la cause principale de maladies et de décès dans les pays développés. Le c ur humain contient environ 5 milliards de cellules musculaires. On estime que lors d’un infarctus environ un milliard de ces cellules, les cardiomyocytes, meurent. Ces cardiomyocytes ne sont jamais remplacés. Par contre, une cicatrice fibreuse est produite par les fibroblastes activés dans le c ur endommagé. Bien qu’indispensable pendant la phase aigue qui suit l’infarctus, la fibrose cardiaque est très délétère sur le long terme. En effet, parce que cette zone ne se contracte pas, elle participe à maintenir un stress sur le muscle cardiaque encore vivant. Au final, la fonction se dégrade et une insuffisance cardiaque survient. Cette condition est critique pour le patient qui se trouve dans une situation potentiellement fatale. Paradoxalement, aucun traitement des pathologies cardiaques ne cible spécifiquement les fibroblastes.

« Dans cette étude, nous ne ciblons pas l’un des quelques 20'000 gènes contenus dans le génome humain, codant pour des protéines. Au contraire, nous nous sommes intéressés aux ARN produits par le génome non codant. Cette partie du génome qui représente 98% du génome produit notamment des long ARN non codants qui jouent des rôles fondamentaux dans la régulation des fonctions cellulaire. En ciblant ces ARN non codants, on peut dès lors contrôler l’identité et le comportement des cellules», souligne Thierry Pedrazzini

L’étude publiée ce jour a donc permis d’identifier une molécule d’ARN non codant que les auteurs ont appelé Wisper. Cette molécule contrôle la fonction des fibroblastes du c ur, en particulier leur capacité à proliférer et à produire de la fibrose cardiaque. Lorsque l’on cible Wisper in vivo dans un modèle animal d’infarctus du myocarde, la fibrose est largement diminuée, le remodelage du tissu cardiaque est atténué et la fonction du c ur est améliorée.

Qu’est-ce qui fait de Wisper une cible thérapeutique plus intéressante que les protéines traditionnellement ciblée par l’industrie pharmaceutique ? Au delà de notre capacité à contrôler  la biologie des fibroblastes, il se trouve que Wisper est spécifiquement produit par les fibroblastes cardiaques. Cette propriété unique permet d’envisager une efficacité accrue et un traitement minimisant les effets secondaires. En effet, si aucune autre cellule que les fibroblastes cardiaque n’exprime Wisper, aucune autre cellule ne sera affectée par le traitement. Cette particularité des long ARN non codants nous permet d’espérer le développement de toute une nouvelle gamme de thérapeutiques, pour de nombreuses pathologies, tel que démontré aujourd’hui pour les maladies cardiaques.

 

Photo - de gauche à droite: Samir Ounzain, Isabelle Plaisance, Thierry Pedrazzini, Rudi Micheletti

 

L'étude en couverture du site "Science Translational Medicine"





Dernière mise à jour le 24.07.2017 15:31