CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Accueil > list of news > News and Events - Detail
Centre hospitalier universitaire vaudois
fermer

Identification d'un mécanisme causal de la schizophrénie

L'Unité de recherche sur la schizophrénie a identifié un mécanisme génétique commun à la schizophrénie et à l'autisme, qui induit une altération des performances cognitives du cerveau. Leurs résultats ont été publiés dans Molecular Psychiatry.

Publié par Pascal Steullet

L’Unité de recherche sur la schizophrénie (URS) du Centre de neurosciences psychiatriques (Prof. Kim Do Cuénod) du Département de psychiatrie du CHUV a publié récemment un article dans la revue Molecular Psychiatry. Il y est démontré l’existence d’un mécanisme génétique commun à la schizophrénie et à l’autisme dans de nombreux modèles expérimentaux de ces maladies. Il s’agit d’anomalies, indépendantes du système du glutathion, qui induisent eux aussi un stress oxydant et une altération des performances cognitives.

Une dérégulation du système d’oxydation du cerveau

Jusqu’à ce jour, les chercheurs avaient montré qu’une dérégulation du système d’oxydation de l’organisme humain, impliquant un manque de glutathion - l’un des plus importants antioxydants cérébraux - était l’un des mécanismes pouvant conduire à la maladie. La question se posait alors de savoir si d’autres facteurs causals de la schizophrénie pouvaient entraîner aussi une dérégulation du système d’oxydation.

Il existe, en effet, un grand nombre de modèles animaux basés sur des anomalies génétiques ou environnementales, qui n’affectent pas la synthèse du glutathion. Ces modèles reproduisent certains aspects de la schizophrénie ou de l’autisme et ont été développés dans des laboratoires à Zürich, au Danemark et à Boston, Cambridge, Pittsburg et Washington aux États-Unis. En collaboration avec ces collègues, l’URS a étudié ces autres souris et a démontré que presque toutes présentent une dérégulation du système d’oxydation du cerveau, responsable  des anomalies des neurones dits « à parvalbumine » dans le cortex préfrontal. Ces neurones jouent un rôle capital dans les fonctions cognitives (mémoire et attention, concentration planification de l’action) dont la perturbation chez près de 80% des patients est un facteur déterminant des difficultés qu’ils rencontrent dans la vie quotidienne. Ces résultats suggèrent donc que les mécanismes très divers identifiés comme des causes potentielles de la schizophrénie ou de l’autisme ont en commun le fait qu’ils induisent un stress oxydant, qui lui-même entrave le fonctionnement normal des neurones à parvalbumine, si importants pour toutes les fonctions cognitives.

Ils ont également démontré que l’administration d’une substance anti-oxydante non seulement réduit le stress oxydant mais restaure également les neurones à parvalbumine et leur fonction.

 

Outre le fait que ces observations montrent que le stress oxydant joue probablement un rôle plus général que ce qui avait été imaginé par le passé, elles ouvrent la voie à de nouvelles stratégies thérapeutiques visant à restaurer la régulation du système d’oxydation. Un exemple est la N-acétyl-cystéine (NAC) dont les effets positifs, en adjonction au traitement neuroleptique habituel chez des patients traversant les premières phases d’une schizophrénie, ont fait l’objet d’une publication parue en octobre 2017 dans Schizophrenia Bulletin.

 

Article complet Oxidative stress-driven parvalbumin interneuron impairment as a common mechanism in models of schizophrenia

 

Pour en savoir plus :

Unité de recherche sur la schizophrénie





Dernière mise à jour le 27.11.2017 15:59