CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Centre hospitalier
universitaire vaudois
Accueil > Patients et familles > Spécialités médicales > Atlas médical (thématique) > Abdomen > Dérivation gastrique de Roux-en-Y

Dérivation gastrique de Roux-en-Y


La digestion commence dans la bouche où les aliments sont décomposés par le mâchage et la salive. La digestion se poursuit dans l'estomac où les aliments se transforment en liquide, le chyme. Le chyme passe ensuite dans l'intestin grêle. Les enzymes pancréatiques et hépatiques y poursuivent la digestion des aliments. L'absorption des nutriments et des vitamines s'effectue également dans l'intestin grêle. De petites projections en forme de doigt, les villosités, recouvrent l'intestin grêle et permettent aux aliments digérés de passer dans le courant sanguin.

La dérivation gastrique de Roux-en-Y (RYGB) est la chirurgie de l'obésité la plus pratiquée aux États Unis. Pendant la première partie du RYGB, une petite poche est créée dans l'estomac avec des agrafes. Cette procédure limite la quantité d'aliments pouvant être consommée par le patient à environ 30 g. La plus grande partie de l'estomac est ensuite séparée de la poche, mais n'est pas retirée.

La seconde étape de cette procédure consiste à diviser l'intestin grêle juste sous le duodénum, la première partie de l'intestin grêle. La deuxième partie de l'intestin grêle, le jéjunum, est soulevée et raccordée à la nouvelle poche créée. Le duodénum est ensuite raccordé à la nouvelle branche intestinale, ce qui crée un intestin en forme de Y, d'où le nom de la procédure.  Le contournement du duodénum limite l'absorption des nutriments et des calories, ce qui permet de perdre du poids. Les complications associées au RYGB sont le «syndrome de chasse», les hernies et les carences nutritionnelles.


Ces séquences sont conçues par la société Blausen Medical. Elles ont pour but de mieux vous éclairer sur votre pathologie ou sur l’intervention que vous vous apprêtez à subir. Nous attirons votre attention sur le fait qu’ayant été conçues aux Etats-Unis, certaines fiches d’information se réfèrent à des pratiques ou traitements qui n’ont pas forcément cours au CHUV.