CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Centre hospitalier
universitaire vaudois
Accueil > Patients et familles > Spécialités médicales > Atlas médical (thématique) > Sein > Augmentation mammaire

Augmentation mammaire


La poitrine d'une femme est principalement composée de tissu graisseux et de glandes mammaires. Les glandes mammaires se vident dans le sinus galactophore qui les relie au mamelon. Le mamelon est entouré d'un anneau pigmenté appelé aréole.

Les femmes gênées par la taille, la forme ou la position de leurs seins peuvent choisir de subir une augmentation mammaire avec insertion d'implants. Les implants mammaires existent en plusieurs tailles, et sont généralement remplis d'une solution saline ou d'un gel de silicone. De nos jours, ce sont les implants de solutions saline qui sont les plus couramment utilisés.

L'augmentation mammaire utilisant des implants de solution saline ne demande qu'une petite incision en dessous des seins, le long du bord de l'aréole ou dans l'aisselle. Les implants comprennent des poches de silicone vides que l'on insère par l'incision et que l'on positionne soit en dessous du muscle de la poitrine, soit entre le muscle et le tissu mammaire existant. Les poches sont ensuite remplies d'une solution saline à l'aide d'une aiguille et d'une seringue.

Après une brève période de gonflement et de sensibilité au toucher, les lignes d'incision commencent à s'estomper et les seins prennent une forme plus naturelle. Il existe plusieurs complications potentielles associées à cette intervention, dont il faut parler avec un médecin avant la chirurgie.


Ces séquences sont conçues par la société Blausen Medical. Elles ont pour but de mieux vous éclairer sur votre pathologie ou sur l’intervention que vous vous apprêtez à subir. Nous attirons votre attention sur le fait qu’ayant été conçues aux Etats-Unis, certaines fiches d’information se réfèrent à des pratiques ou traitements qui n’ont pas forcément cours au CHUV.