CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Centre hospitalier
universitaire vaudois
Accueil > Patients et familles > Spécialités médicales > Atlas médical (thématique) > Traitements > Traitement à l'insuline

Traitement à l'insuline


Le diabète est une maladie qui se développe suite à un taux élevé de glucose dans le sang. La majorité des personnes atteintes de diabète (ou diabétiques) prennent de l'insuline afin de conserver leur taux de glycémie à un niveau normal. Il existe plusieurs méthodes d'injection d'insuline, parmi lesquelles : la seringue, le stylo, le pistolet et la pompe à insuline.

La plupart des diabétiques utilisent une seringue. Le patient prélève une dose d'insuline dans un flacon à l'aide de la seringue et se l'injecte directement dans la peau. La seringue peut ensuite être jetée dans un container spécial pour instruments médicaux coupants ou piquants. Les stylos à insuline contiennent des cartouches pré-remplies contenant des doses variables d'insuline à injecter directement dans la peau. Le pistolet est un système qui n'utilise pas d'aiguille. C'est un mécanisme d'air à haute pression qui permet de faire passer une fine pulvérisation d'insuline à travers la peau.

Chacune de ces méthodes d'injection à insuline peut être utilisée sur diverses parties du corps, comme les cuisses, les hanches, le ventre et le haut des bras. En général, chaque patient doit procéder à plusieurs injections par jour. La pompe à insuline permet quant à elle de libérer de l'insuline de manière continue tout au long de la journée. On la porte accrochée à la ceinture ou dans une de ses poches. Les pompes à insuline permettent aux patients de mieux contrôler leur taux de glycémie.

Quelle que soit la méthode utilisée, il est crucial qu'une personne qui souffre de diabète vérifie son taux de glycémie 3 à 4 fois par jour.


Ces séquences sont conçues par la société Blausen Medical. Elles ont pour but de mieux vous éclairer sur votre pathologie ou sur l’intervention que vous vous apprêtez à subir. Nous attirons votre attention sur le fait qu’ayant été conçues aux Etats-Unis, certaines fiches d’information se réfèrent à des pratiques ou traitements qui n’ont pas forcément cours au CHUV.