CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Département
coeur-vaisseaux
Accueil > En bref > Interview Pr Pierre Vogt

Service d'angiologie

Service de cardiologie

Service de chirurgie cardiaque

Service de chirurgie vasculaire


Réunir nos forces

Depuis le 1er janvier 2017, le CHUV bénéficie d’un nouveau département pour traiter les problèmes du cœur et des vaisseaux. Entretien avec le Pr Pierre Vogt, chef du département et ancien responsable du Service de cardiologie, qui a piloté les préparatifs de sa création.


Pourquoi créer un département cœur-vaisseaux?

Les maladies cardio-vasculaires restent la première cause de mortalité dans les pays industrialisés. Chaque heure en Suisse, un patient est hospitalisé suite à un infarctus du myocarde. En raison de leur fréquence et de leur gravité, ces maladies nécessitent une prise en charge efficace et rapide. En réunissant l’angiologie, la cardiologie, ainsi que la chirurgie cardiaque et vasculaire dans un seul département, nous voulions répondre à cette question: en travaillant ensemble, ne pouvons-nous pas améliorer la prise en charge des malades, la gestion de l’occupation des lits et diminuer ainsi la durée des séjours?

Pr Pierre Vogt

Cette collaboration n’existait-elle pas avant?

Oui, bien sûr! Mais lorsqu’un patient entrait en cardiologie pour des investigations suite à une douleur au thorax et était opéré pour une maladie des artères coronaires, il devait changer de service et même de département. Il rencontrait ainsi une nouvelle équipe d’infirmières et de médecins assistants, et passait sous la supervision d’un autre médecin cadre. Nous avons à présent enlevé ces cloisons en réunissant nos compétences et en repensant l’organisation de nos activités.

Comment fonctionne concrètement cette collaboration?

Une remise de garde commune a par exemple été instaurée depuis novembre 2016 entre les cardiologues et les chirurgiens cardiaques: ils se réunissent tous les matins à 7h45 pour discuter des traitements et ils suivent l’évolution des malades sans les perdre de vue jusqu’à leur sortie de l’hôpital. A l’étage des lits, ils prennent en charge ensemble les patients. Cette coopération représente d’ailleurs un immense avantage pour les assistants en formation: ils bénéficient d’un panorama complet des pathologies et des techniques pour soigner le coeur.

Est-ce que cela veut dire que les médecins seront moins spécialisés dans un seul domaine?

Il faudrait paradoxalement que les médecins et les chirurgiens aient une vision globale de la médecine tout en gardant leur pratique spécifique. Cette vision globale leur permettrait, comme à un capitaine, de voir où le bateau se dirige. D’autant plus que leur activité évolue et tend à se chevaucher. Il y a 20 ans, les chirurgiens étaient les seuls à occuper la salle d’opération, tandis qu’à présent les cardiologues ou les angiologues effectuent aussi des interventions.

En somme, la collaboration est essentielle…

On doit réunir nos forces parce que nous soignons les mêmes patients! C’est notamment le but des filières de soins, qui évitent aux patients d’être examinés par plusieurs services à leur arrivée à l’hôpital pour bénéficier d’une prise en charge plus rapide. Selon les caractéristiques qu’ils présentent, ils sont soignés selon un itinéraire clairement défini pour chaque acteur qui s’en occupe.

Par exemple?

La filière STEMI permet de diminuer les délais de prise en charge des personnes victimes d’un infarctus aigu du myocarde. C’est vital, car plus vous attendez pour déboucher l’artère coronaire fermée, plus le muscle cardiaque est atteint. Dès que les patients appellent le 144 ou arrivent aux urgences d’un hôpital du canton, une organisation précise se met en place pour qu’ils atteignent au plus vite la salle de cathétérisme du CHUV, où une intervention appelée angioplastie pourra les sauver. Auparavant, ils étaient tous reçus aux soins intensifs, alors que seulement le 25% d'entre eux y séjourne actuellement. Cette filière a été lancée en 2013, et nous voulons étendre ce principe à de nombreuses maladies, qu’elles soient vasculaires, veineuses ou encore lymphatiques.

Et quels sont les prochains défis?

Poursuivre la voie tracée en 2016, à savoir de se mettre tous ensemble pour améliorer la prise en charge de nos patients qui présentent des maladies du coeur et des vaisseaux.