CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Département
femme-mère-enfant
Accueil > Femme & mère > Gynécologie > Consultations > Gynécologie de l’adolescence

Contacts

Gynécologie de l'adolescence

Vous pouvez prendre rendez-vous auprès:

  • De la DISA

    Av. de Beaumont 48
    Tél. +41 21 314 3760

  • De la Dre Jacot-Guillarmod

    Tél. +41 21 314 0810

  • De la gynécologie psychosociale, psychosomatique et santé sexuelle

    Bâtiment de la Maternité
    Tél. +41 21 314 3500

  • De la Dre Renteria

    Tél. +41 21 314 7719

En cas d'urgence, veuillez prendre contact avec les médecins des Urgences de la Maternité.

Médecins responsables

Dre Martine Jacot-Guillarmod, médecin associée gynécologie

Dre Saira-Christine Renteria, médecin adjointe gynécologie


Gynécologie de l’adolescence


Quatre consultations s’adressent aux jeunes filles de moins de 20 ans qui rencontrent des problèmes gynécologiques ou qui souhaitent poser des questions au sujet de leur développement et de la sexualité. Ces consultations collaborent activement ensemble.

  • Consultation de gynécologie de l’adolescence

    Au sein de la Division interdisciplinaire de santé des adolescents (DISA)

  • Consultation de la Dre Jacot-Guillarmod

    Dans ces deux consultations, les jeunes filles peuvent venir parler de problèmes gynécologiques qui concernent les règles, la contraception, la grossesse (suivi de grossesse ou grossesse non désirée), les infections sexuellement transmissibles, etc., ou venir poser des questions sur les parties intimes et la sexualité.

  • Consultation de gynécologie psychosociale, psychosomatique et santé sexuelle

    Consultation de l'Unité psychosociale

  • Consultation de la Dre Renteria

    Ces deux consultations reçoivent les patientes adolescentes et adultes. Elles s’occupent des cas de pathologies gynécologiques, de vulnérabilités spécifiques, de grossesse à l'adolescence (suivi de grossesse ou grossesse non-désirée), de mutilations génitales ou de violence sexuelle.

Confidentialité et secret professionnel

A condition qu’elle soit capable de discernement, la patiente adolescente a la possibilité de consulter en toute confidentialité et de manière autonome. En effet, le droit au secret professionnel concerne aussi les adolescentes. Sauf dans le cas d’une situation de danger vital, aucun renseignement ne sera donc divulgué sans l’accord de la patiente.

Nous encourageons toutefois les jeunes patientes à parler de leurs difficultés avec leur entourage: il n’est jamais facile de rester seule face à ses problèmes.