CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Département
femme-mère-enfant
Accueil > Recherche > Pédiatrie > Recherche médicale > Neuroréhabilitation pédiatrique > Thérapie miroir

teaser thérapies miroir - videos

Thérapie miroir


Hemiparésie et thérapie par le miroir


L’hémiparésie est l'une des atteintes motrices les plus fréquentes chez l’enfant, la plus souvent consécutive à une paralysie cérébrale. Au niveau du membre supérieur, cette atteinte affecte la fonction et limite l’indépendance de l’enfant dans les activités de la vie quotidienne. La prise en charge de l’hémiparésie se fait le plus souvent via des séances de physiothérapie et/ou d’ergothérapie, intégrant parfois des techniques spécifiques (thérapie par la contrainte induite, entrainement bimanuel intensif).


La thérapie par le miroir (TM) fait partie de ces techniques spécifiques et innovantes. Dans la TM, le patient s’entraîne en regardant le reflet de son bras sain dans le miroir, ce dernier cachant le bras parétique. Le reflet du bras sain dans le miroir génère ainsi l’illusion que le bras parétique fonctionne normalement.


La TM a démontré son efficacité dans la rééducation du membre supérieur chez l’adulte après accident vasculaire cérébral. En 2011 nous avons démontré dans une étude pilote que cette technique était tout à fait applicable à l’enfant et qu’elle pourrait se montrer efficace dans l’amélioration de la force et de la fonction motrice du membre supérieur parétique.



Etude clinique


Nous avons récemment effectué une étude clinique de grande envergure (90 enfants suivis à Lausanne, Genève, Berne et Bâle), la première réalisée dans le monde. Afin de mesurer l’effet spécifique de l’illusion produite par le miroir, nous avons comparé la TM avec un même entraînement sans miroir. Dans les deux groupes, les enfants ont dû s’entraîner à domicile durant 5 semaines, 5 jours sur 7, 20 minutes par jour en pratiquant un entrainement simultané des deux mains.


L’illusion produite par le miroir n’a pas eu d’effet significatif sur les progrès des participants. Par contre dans les deux groupes (avec et sans miroir) les participants ont amélioré leur force de préhension de 13%, leur force de pince de 10%, la fluidité de leurs mouvements de 5% et leur performance au quotidien de 17%, ce sur une durée d’entraînement totale de 500 minutes (soit un peu plus de 8 heures). Nous avons donc pu démontrer l’efficacité de l’entrainement simultané des deux mains chez les enfants présentant une hémiparésie, résultat inédit dans le domaine de la neuroréhabilitation d’enfants. Outre la publication mentionnée plus haut, vous pouvez accéder à une présentation de nos résultats faite à l’occasion des journées de la Fondation Motrice 2015 à Paris:


Deux modalités d'entraînement


Au travers de ce site nous souhaitons mettre à votre disposition les deux modalités d’entraînement (avec et sans miroir), ayant chacune montré une efficacité similaire. Ainsi nous permettrons aux groupes de recherche intéressés de répliquer notre méthode dans le contexte d’autres études, ainsi qu’aux professionnels concernés de prendre connaissance de nos entrainements ainsi que des résultats.