CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Direction
des soins
Accueil > En bref > Rôle et cadre légal

RÔLE ET CADRE LÉGAL

La Direction des soins, dans sa forme actuelle, n'existe que depuis 2002. Indispensable pour coordonner et développer les soins, son rôle a évolué au fil du temps.


Au CHUV, le poste de Directrice des soins infirmiers a été créé en 1980. Elle était alors l’autorité d’engagement pour l’ensemble du personnel infirmier de l’hôpital.

En 1987, le CHUV se restructure: une organisation plus décentralisée rapproche le centre de gravité décisionnel des lieux de production. Les Infirmier-e-s chefs de coordination deviennent Infirmier-e-s chefs de département et se voient attribuer l’engagement des collaboratrices et collaborateurs. Le développement des professions de la santé et des prestations qu’elles fournissent exigent une coordination accrue de l’ensemble.

La Direction des soins infirmiers devient Direction des soins en 2002 et intègre progressivement la Physiothérapie, l’Ergothérapie, le Service social somatique, l’Aumônerie œcuménique et le Bénévolat. De nouveaux départements cliniques naissent au fil des années. Les Infirmier-e-s chefs de département deviennent Directeurs-trices des soins de département (DSD).

Un rôle ancré dans la loi vaudoise

L’art. 149b de la Loi sur la santé publique vaudoise (LSP, 1985) indique que «les soins infirmiers délivrés dans les établissements sanitaires sont placés sous la responsabilité d'une infirmière responsable qui organise le service infirmier et veille à ce que l'activité infirmière soit conforme à la législation et aux bonnes pratiques».

Dans les hôpitaux et les cliniques comportant plusieurs départements ou sites, une personne assume la direction des soins. Son rôle consiste à «garantir la qualité, la coordination et le développement des soins dispensés dans l'établissemen» et «veiller notamment au développement d'une philosophie et d'une pratique commune des soins entre les sites», en collaboration avec «les directions médicale et administrative, ainsi qu'avec le responsable de la surveillance pharmaceutique de l'établissement».