Pôle cardio-vasculaire et métabolisme

Le Pôle cardio-vasculaire et métabolisme regroupe divers services du CHUV. En favorisant une approche multidisciplinaire, ce pôle cherche à développer des stratégies cliniques, des programmes de formation et de recherche qui répondent à des besoins de santé publique toujours plus importants dans les domaines cardio-vasculaire et métabolique.

Contexte et enjeux

Les maladies cardio-vasculaires et métaboliques restent, en Suisse, la première cause de consultation d’un ou d'une médecin, de prescription d’un médicament, d’hospitalisation et de décès. Il s’agit de la première cause de mortalité chez l’homme, et elles sont en augmentation chez la femme.

Les pathologies cardio-vasculaires et métaboliques comprennent notamment l’infarctus du myocarde, l’insuffisance cardiaque, l’accident vasculaire cérébral, l'artériopathie des membres inférieurs, l’hypertension, le diabète, le surpoids et l’obésité.

Bon nombre de ces maladies sont en constante augmentation. Ainsi, l’augmentation de la prévalence de l’obésité a fait de cette maladie la première épidémie mondiales d’origine non infectieuse, selon une récente déclaration de l’Organisation mondiale de la santé.

Missions

Ces maladies non-transmissibles présentent des facteurs de risques communs (mauvaise alimentation, sédentarité, tabagisme, etc.). Se manifestant le plus souvent sous la forme de co-morbidités associées, elles exigent une prise en charge multidisciplinaire.

Le Pôle cardio-vasculaire et métabolisme s'efforce donc à favoriser les interactions entre les services concernés, ainsi qu' avec les partenaires au sein du CHUV, comme à l'externe (médecins installés et hôpitaux périphériques).

Le Pôle cardio-vasculaire et métabolisme a pour objectifs:

  • D’organiser et développer des activités cliniques afin d'offrir une prise en charge multidisciplinaire aux patient-e-s présentant les comorbidités cardio-vasculaires et métaboliques les plus fréquentes;
  • De mettre sur pied des colloques interdisciplinaires ayant pour but une prise en charge optimale et l’enseignement intégré des pathologies métaboliques complexes;
  • De favoriser la recherche clinique avec le développement de cohortes de patient-e-s souffrant de pathologies métaboliques complexes.
Dernière mise à jour
le 06/12/2017 à 21:21