Le Prof. Pierre-Yves Bochud obtient une bourse d'importance

Publié par Pierre-Yves Bochud le 07.06.2018
Dans le cadre de son programme «Investigator Initiated Clinical Trials», le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS) a décidé de soutenir à hauteur de 2,1 millions de francs une étude du Prof. Pierre-Yves Bochud.

L'étude primée porte sur l’optimisation de la prophylaxie des infections fongiques chez les patients atteints de leucémie aiguë myéloblastique en s'appuyant sur des facteurs de risques génétiques. En effet, jusqu’à 15% des patients traités par chimiothérapie pour une leucémie aiguë développent une infection fongique. Des infections qui peuvent être prévenues par l’administration de prophylaxies antifongiques, mais celles-ci, en plus d'être coûteuses, exposent un grand nombre d’individus à des effets indésirables, comme des interactions avec d’autres médicaments ou l’émergence d’infections dues à des champignons résistants.

Grâce au financement du FNS, les chercheurs vont pouvoir démontrer si ces facteurs génétiques permettent d’utiliser plus efficacement les antifongiques, en réservant ces traitements à un groupe de patients à haut risque tout en évitant leurs effets indésirables et l’émergence de résistance aux patients à moindre risque. « Dans le domaine des maladies infectieuses, c’est une des premières fois que nous allons pouvoir influencer la prise en charge du patient de façon personnalisée sur la base d’un polymorphisme génétique », explique le spécialiste. L’étude, qui va être lancée en 2019, implique les Universités de Lausanne, Genève, Bâle, Paris-Est Créteil et Louvain, ainsi que les hôpitaux cantonaux de Fribourg et d’Aarau.

Le FNS soutient les essais cliniques initiés par des chercheurs-euses sur des thèmes qui ne figurent pas parmi les priorités de l'industrie et qui sont donc insuffisamment explorés. Lors de la mise au concours 2017, il a reçu 32 requêtes. Parmi les quatre projets soutenus cette années (pour un montant total de 10,4 millions de francs), celui du Prof. Bochud est le seul pour la Suisse romande. « Nous sommes évidemment très heureux d’une telle reconnaissance, qui permet le passage en clinique d’un concept resté longtemps au stade théorique », confie le professeur.

C’est aussi la seconde fois, après la bourse obtenue par Josep Oriol Manuel lors de la précédente mise au concours, qu’un projet du Service des maladies infectieuses dirigé par le Prof. Thierry Calandra est soutenu dans ce cadre.

 Dernière mise à jour le 23/06/2018 à 20:10