Accueil  |  Actualité  |  Enseignement  |  Recherche  |  Médiations, Editions  |  Bibliothèque  |  Collections  |  Liens  
Séminaires
Colloques
Thèses
Projets
Collaborations
www.chuv.chwww.unil.chwww.chuv.ch/dumsc
Home  <  Recherche  <  Colloques Plan d'accèsPlan du siteImprimer


TRIPLE ÉVÉNEMENT : Minorités sexuelles : sortir des préjugés
12 - 14 octobre 2015

Unil et Musée de la Main, Lausanne

Ces deux dernières décennies ont vu des avancées décisives en matière d'acceptation sociale et politique des populations LGBTQI. Au début du siècle dernier, faut-il le rappeler, les pratiques homosexuelles étaient passibles de poursuites judiciaires dans la plupart des pays occidentaux. Le contraste est grand avec la situation actuelle, où de plus en plus de pays introduisent le droit à l'union des couples de même sexe, admettent les changements de sexe, voire reconnaissent l'enregistrement, y compris au niveau administratif, d'une identité sexuelle tierce en plus de celle d'homme ou de femme. Mais ces progrès remarquables ne doivent pas faire perdre de vue que l'identité non-hétérosexuelle demeure aujourd'hui problématique et source de rejet, de discriminations, voire de violences extrêmes pour les populations concernées.

L’événement Minorités sexuelles : sortir des préjugés propose de retracer les fils de cette histoire difficile et d’en repérer les effets toujours à l’œuvre dans le quotidien des populations LGBTQI. Organisé en partenariat entre la Plateforme études genre de l’UNIL (PlaGe) et la Commission de formation continue du Département Universitaire de Médecine et Santé Communautaires (CHUV), il se déroulera sur trois jours, à l’UNIL et au Musée de la Main (CHUV), et il comportera trois volets :

1.  Colloque « Histoire comparée des homosexualités en Europe au XXe siècle »
Organisé par Thierry Delessert (UNIL-IEPHI, ISS) et Damien Michelet (UNIL-ISS, LIEGE).
12 et 13 octobre 2015 à l’UNIL.
Voir le programme.

2.  Table ronde « Violences, santé et populations LGBTQI »
Organisée par Salvatore Bevilacqua (IUHMSP, CHUV-UNIL) et Aude Fauvel (IUHMSP, CHUV-UNIL)
14 octobre 2015. Musée de la Main (Chuv), Lausanne

Cette table ronde a pour objectif d’offrir une plateforme de sensibilisation aux problèmes de santé qui touchent plus particulièrement les populations LGBTQI. Elle permettra au public de dialoguer avec des représentants du milieu médical, associatif ou judiciaire, autour de panels organisés selon les thématiques suivantes :

  • Droit suisse et déni du viol homosexuel (14h30-15h30)
    Thierry Delessert (UNIL-IEPHI, ISS); Joëlle Vuille (UNINE-CRCC) ; Frédéric Pilloud (Police Lausanne)
  • Discriminations et santé LGBTQI (15h30-16h30)
    Valérie Piette (ULB-Faculté de Philosophie et Lettres) ; Michaël Hausermann (Dialogai) ; Jacqueline De Puy (UMV-CHUV)
  • Prévention et aide (16h45-17h45)
    Raphaël Depallens (Vogay) ; Caroline Dayer (UNIGE-FPSE) ; Vanessa Christinet (Checkpoint Vaud)

3.  Projection-débat autour du film Katzenball (2005)
En clôture de l’événement, le Musée de la Main projettera Katzenball (90 min), présenté par Céline Naef (UNIL-IEPHI, CRHIM), en présence de la réalisatrice Veronika Minder (sous réserve).
14 octobre 2015, 18h-20h, Musée de la Main (CHUV), Lausanne


L’événement Minorités sexuelles : sortir des préjugés est ouvert à toute personne intéressée et ne requiert pas d’inscription préalable.
Renseignements : Salvatore.Bevilacqua@chuv.ch



Soigner les marges/Soigner en marge
Excentrés et excentriques dans l’histoire des thérapies ‘psy’

Séance 3 : Thérapies dissonantes
vendredi 30 octobre 2015
IUHMSP, salle de colloque, 82 avenue de Provence, 1007 Lausanne
Métro M1, arrêt Malley

La série de journées d’études Soigner les marges/Soigner en marge a pour objectif d’interroger certains à-côtés iconoclastes et en apparence marginaux de l’histoire du soin des troubles psychiques. Il s’agit, autrement dit, d’enquêter sur le non-central, sur les « ex/centrés » et les « ex/centriques » du domaine « psy », un terrain entendu ici au sens large : incluant la triade disciplinaire psychiatrie/psychanalyse/psychologie, mais aussi les psychothérapies et, de façon plus générale, tous les savoirs qui ont prétendu apporter une thérapeutique des maux de l’esprit. Cette problématique générale est abordée au cours de trois séances et selon trois thèmes d’investigation :

1) les patients atypiques (« Patients hors-cadre », 31.10.2014)
2) l’utilisation des rêves en dehors du cadre freudien (« Rêver sans Freud », 29.05.2015)
3) les thérapies non-conventionnelles (« Thérapies dissonantes », 30.10.2015).

Pour en savoir plus sur le programme Soigner les marges/Soigner en marge.


Séance 3 : Thérapies dissonantes – Vendredi 30 octobre 2015

Chaque époque a sa doxa en matière de traitement « psy » : « l’isolement thérapeutique » des asiles du XIXe siècle, par exemple, ou la cure psychanalytique dominante des années 1960-1980, ou encore l’ordinaire prescription de psychotropes de ces dernières décennies. Dans tous les cas, il existe une norme généralement admise de ce qu’il est licite de pratiquer en matière de soin du psychisme et de ce qu’il est légitime, aussi, de financer.

Cette journée d’études s’intéressera à l’autre pôle de l’équation en interrogeant les thérapies qui, pour une raison ou une autre, ont été en leur temps considérées comme hétérodoxes pour traiter des troubles de l’esprit. Art-thérapie, communautés thérapeutiques, thérapies comportementales, thérapies féministes… Quelles ont été les pratiques dissonantes d’hier à aujourd’hui ? Quels principes théoriques les ont sous-tendues ? Et comment négocie-t-on, au sens propre et au figuré, la différence thérapeutique dans l’univers « psy » ?


Voir le programme détaillé.

Organisation et renseignements: Rémy Amouroux (Remy.Amouroux@unil.ch), Aude Fauvel (aude.fauvel@chuv.ch)

Cette journée d’études est ouverte à toute personne intéressée.

Colloque Mind the Brain VII
Perspectives critiques / Critical Perspectives

Jeudi 19 et vendredi 20 novembre 2015
Salle de colloque, IUHMSP, Provence 82, 1007 Lausanne

Le développement des neurosciences a-t-il contribué à reconfigurer les conceptions du sujet, de l’intersubjectivité, de la relation thérapeutique ou plus largement la compréhension du lien social ? Si les années 1990’ ont vu les neurosciences s’immiscer dans une pluralité de domaines de recherche, la décennie suivante a quant à elle vu s’affirmer la critique. La communauté des neuroscientifiques ne s’accorde pas forcément sur les bases théoriques et méthodologiques qui supportent la variété de leurs objets et de leurs approches. Les sciences humaines et sociales sont partagées entre la critique sociale voire politique des neurosciences et des tentatives de collaboration visant à intégrer la cérébralité au sein de leurs recherches. À leur tour, des neuroscientifiques puisent dans les concepts et les corpus des sciences humaines et sociales afin de « socialiser » leur objet. Enfin, la clinique des troubles mentaux témoigne d’une situation contrastée concernant la pertinence des neurosciences dans le cadre thérapeutique, notamment sur le plan des difficultés de translation des résultats neurobiologiques à la clinique du sujet.

Depuis 2008, le groupe de recherche « Psychiatrie, Neurosciences, Sciences Humaines et Sociales – PNS 3 » s’occupe et se préoccupe de ce paysage contrasté. Il organise en particulier le colloque annuel international Mind the Brain. Ces rencontres réunissent des chercheurs/euses en sciences humaines et sociales, en neurosciences ainsi que des clinicien.ne.s concernés par les problématiques sociales et les reconfigurations induites par les sciences du cerveau.

Au croisement de ces trois champs de recherche, Mind the Brain VII prend pour objet en 2015 la critique dans et envers les neurosciences : son bilan, ses antécédents et son avenir.


Jeudi 19 novembre 2015 | Thursday November 19
Session 1: Tensions critiques: Neurosciences <–> Neurosciences


Peter Sterling Perelman
(School of Medicine at the University of Pennsylvania)
Alienation and neural design

Daphna Joel (School of Psychological Sciences and Sagol School of Neuroscience, Tel Aviv University)
Rethinking sex beyond the genitals: from dimorphism to mosaic

Mathieu Arminjon (Université de Genève et Fondation Agalma)
Critical neuroscience:quels fondements our quelles perspectives ?

Cynthia Kraus (Université de Lausanne)
What is the feminist critique of neuroscience ?



Vendredi 20 novembre 2015 (matin) | Friday November 20 (Morning)
Session 2 : Tensions critiques: SHS <–> Neurosciences.


Denis Forest
(Université Paris Ouest Nanterre et IHPST)
Unlimit yourself. Les neurosciences de la transformation de soi : promesses et problèmes

Natalie Depraz (Université de Rouens)
Phénoménologie expérientielle et sciences cognitives.

Laurence Kaufmann (Université de Lausanne)
Quand avons-nous besoin de la moralité ? Réflexions à la croisée des sciences sociales et des neurosciences

Bernard Baertschi (Université de Genève)
Le renouveau neuroscientifique de l’éthique


Vendredi 20 novembre 2015 (après-midi) | Friday November 20 (Afternoon)
Session 3 : Tensions critiques: Cliniques <–> Neurosciences.


Camilo Venturi
(Cermes 3 et Universidade Federal Fluminense Rio de Janeiro)
Entrainement neurocognitif et schizophrénie de laboratoire : une étude de cas


Mélanie Trouessin (ENS Lyon)
L’aspect réductionniste dans la compréhension de l’addiction comme maladie cérébrale

Jean-Nicolas Despland (DP-­‐CHUV et Université de Lausanne)
Antidépresseurs et psychothérapie à l’ère de la neuroimagerie : match nul ou nouveau paradigme ?

Emilie Bovet (HESAV)
Quelle place pour le cerveau dans les soins infirmiers en psychiatrie ?

Stéphanie Pache (IUHMSP)
La critique clinique des neurosciences : une histoire de la contestation des pratiques psychiatriques depuis la psychologie féministe américaine


Organisation :

Groupe de recherche PNS3 : M. Arminjon (Fondation Agalma et IUHMSP, CHUV et FBM/UNIL) ; V. Barras (IUHMSP, CHUV et FBM/UNIL) ; M. Béguin (Institut de psychologie, Faculté des SSP/UNIL) ; E. Bovet (HESAV, Lausanne) ; F. Chmetz (Fondation Agalma, Département de psychiatrie, CHUV et FBM/UNIL) ; M. Droz Mendelzweig (HES La Source, Lausanne) ; M. Gkotsi (Département de psychiatrie, CHUV et FBM/UNIL) ; C. Gumy (Faculté des SSP/UNIL) ; A.Kaufmann (Interface, UNIL) ; C. Kraus (Faculté des SSP/UNIL) ; P.-A. Ory (IUHMSP, CHUV et FBM/UNIL) ; S. Pache (IUHMSP, CHUV et FBM/UNIL) ; F. Panese (IUHMSP, CHUV-FBM et SSP/UNIL) ; V. Pidoux (Faculté des SSP/UNIL) ; D. Preissmann (Fondation Agalma, FBM et Faculté des SSP/UNIL) ; M. Saraga (PMU et Département de Psychiatrie, CHUV-UNIL) ; K. Skuza (HESAV, Lausanne) ; A.Stantzos (HESAV, Lausanne) ; V. Stucki (EESP, Lausanne) ; N. Stücklin (Faculté des SSP/UNIL); N. Zaslawski (Faculté des SSP/UNIL)

Institutions partenaires :
IUHMSP, Faculté des SSP, Interfaces, Département de psychiatrie CHUV


Dernière modification le 27.08.2015 - Impressum - Informations juridiques

retour home