CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Centre du jeu excessif
Accueil > Professionnels de la santé > Prévention

Tests d'évaluation

Ces tests permettent de savoir si une personne rencontre des problèmes de jeu excessif.


Logo du site internet stop-jeu.ch

Interview sur le fonctionnement du Centre du jeu excessif


Prévention


Par le Centre du jeu excessif

Le Centre du jeu excessif (CJE) mène diverses actions de prévention.

Des sensililisation au jeu excessif et à sa détection précoce sont notamment dispensées aux professionnel-le-s travaillant dans le secteur des jeux d'argent. Le CJE anime également des ateliers de sensibilisation auprès des jeunes conscrits à l'occasion du recrutement militaire. D'autres campagnes de prévention ont lieu dans des écoles, des institutions ou des entreprises.

Le CJE joue également un rôle de consultant pour la révision de la législation en vigueur en lien avec le jeu.

Enfin, le CJE propose différents flyers et brochures au sujet des troubles liés aux jeux d'argent et des troubles liés aux jeux vidéo et à Internet


Depuis l'ouverture du marché des jeux d'argent à la fin des années nonante, les problèmes liés aux jeux d'argent  représentent un enjeu social majeur. Le jeu excessif peut entraîner des conséquences psychologiques, sociales et économiques sévères qui touchent la personne elle-même mais aussi son entourage. Comparativement à d'autres formes d'addiction, celle-ci est mal connue et reste souvent dissimulée car ses symptômes peuvent être relativement couverts.

En Suisse, environ un tiers de la population adulte aurait une activité fréquente de jeux d'argent. Quant au pourcentage touché par un trouble lié aux jeux d'argent, il s'élève à environ 1 à 2% de la population. Ce chiffre peut sembler relativement modeste, il l'est moins lorsque l'on considère l'entourage (conjoint/e, enfants, parents voire amis et collègues), qui est souvent affecté lui aussi par les conséquences financières et émotionnelles du problème de jeu.

Jeunes & adolescents

Les enfants et adolescents grandissent dans une société où l'offre de jeux d'argent est désormais omniprésente et facile d'accès.

Différentes études indiquent que les adolescents et jeunes adultes seraient davantage susceptibles (2 à 4 fois) de développer des problèmes de jeu. Une étude suisse (Suris, Akré & al., 2011) menée auprès de lycéens et d’apprentis a conclu que plus d’un tiers d’entre eux a joué à des jeux d’argent durant les 12 derniers mois. De plus 4.3% de ces jeunes présentaient un jeu considéré  «à risque» tandis que 1.3% présentaient un jeu problématique.

En parrallèle, l'accès facilité par Internet à différentes sortes de contenus plus ou moins sensibles (jeux d'argent mais aussi jeux vidéo, achats, réseaux sociaux, pornographie, etc.) ouvre la porte à de nombreuses possibilités mais aussi à certains risques, et implique également des enjeux  socio-sanitaires majeurs. Cette disponibilité peut en effet représenter la porte ouverte à une perte de contrôle pour certains jeunes en situation de vulnérabilité, entrainant des conséquences négatives et affectant leur processus d'autonomisation.


La vulnérabilité des jeunes face aux conduites addictives sans substance montre l’importance de mener des actions de prévention, à l’instar des mesures existantes dans le domaine de la consommation de drogues, d’alcool ou d’autres conduites à risque.