CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Service
de médecine nucléaire
et imagerie moléculaire
Accueil > Le service en bref > Traiter certaines tumeurs par la radioactivité

En savoir plus



Diagnostiquer et traiter certaines tumeurs par la radioactivité

La théranostique (contraction de thérapie et diagnostic) permet de cartographier précisément certaines tumeurs, telles que celles de la thyroïde ou celles neuroendocrines du système digestif pour mieux les traiter ensuite grâce à la radioactivité. Comment se déroulent ces nouveaux traitements?


Selon le type de cancer, des  biomarqueurs spécifiques, comme par exemple le récepteur à la somatostatine ou une molécule de sucre, sont choisis. Chargés d’infimes doses de radioactivité, ils permettront de localiser l’activité des cellules cancéreuses en se fixant sur leurs récepteurs ou étant métabolisés. Grâce à un scanner «PET/CT», l’activité biologique des cellules cancéreuses (qui consomment beaucoup d’énergie) peut être localisée avec précision dans les organes et les tissus de tout le corps. Les lésions ou les métastases sont ainsi détectées très tôt. «Ces techniques permettent de localiser et d’identifier les différents types de cancer pour apporter aux patients des traitements personnalisés et ciblés avec le moins d’effets secondaires possible», précise le Pr Niklaus Schaefer, professeur associé en médecine nucléaire et également oncologue.

Parmi les traitements des cancers de la thyroïde ou des tumeurs neuroendocrines par exemple, la radioactivité est un traitement de choix: «Nous détruisons les tumeurs avec des isotopes radioactifs dont la dose de radiation et la durée d’action sont calculées très précisément pour atteindre leur cible et limiter considérablement les effets secondaires sur les tissus sains avoisinants», développe le Pr John Prior, chef du Service de médecine nucléaire.

Les isotopes radioactifs peuvent être achetés déjà prêts à l’emploi, fabriqués au CHUV sous l’encadrement de Mme Judith Delage, radiopharmacienne, ou obtenus suite à une collaboration avec le CERN. Ainsi, le programme «MEDICIS» prévoit que des radioisotopes, produits seulement quelques fois par an par un accélérateur de protons au CERN, soient livrés de façon hebdomadaire dans le futur.