CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Accueil > Liste des actualités > Actualité ou Agenda - Détail
Service des maladies infectieuses
fermer

Résistance aux antibiotiques: soutien du FNS pour 2 projets

Le Fonds national suisse vient d'accorder une bourse à deux projets développés au CHUV visant à limiter le développement de résistance aux antibiotiques. Les deux projets abordent la problématique de manière très différente.

Publié par Rachel Perret Antille

Répondant à un appel d’offres du Fonds national suisse (FNS) pour des projets visant à limiter le développement de résistance aux antibiotiques, deux équipes du CHUV ont reçu une bourse. Chacune aborde la problématique de manière très différente: l’une plaçant l’effort au sein de l’hôpital et l’autre à l’extérieur, auprès des médecins généralistes.

Mieux diagnostiquer les pneumonies en cabinet

Noémie Boillat-Blanco, cheffe de clinique au Service des maladies infectieuses, propose une nouvelle stratégie pour la prise en charge des patients avec infection respiratoire en cabinet, qui représente la raison principale de prescription d’antibiotiques. «En médecine de premier recours, le diagnostic de la pneumonie constitue un véritable défi en raison du manque d’outils performants», explique-t-elle. «Il est primordial de pouvoir différencier les patients souffrant d’une infection virale qui va le plus souvent guérir spontanément, des patients atteints de pneumonie, qui ont besoin d’être traités par antibiotique. Actuellement, le diagnostic de la pneumonie se base sur la radiographie des poumons qui n’est pas toujours disponible en cabinet et qui est difficile à interpréter. En améliorant les outils à disposition, nous éviterons de nombreuses prescriptions inutiles d’antibiotiques.»

En partenariat avec le Prof. Nicolas Senn, Institut universitaire de médecine de famille, la Dre Valérie D'Acremont, Policlinique médicale universitaire, et le Prof. Jean-Yves Meuwly, spécialiste en radiologie, Noémie Boillat-Blanco prévoit de tester une nouvelle approche diagnostique de la pneumonie, basée sur une technologie portable et réalisable en cabinet, qui combine le dosage d’un biomarqueur et le résultat d’un ultrason pulmonaire. Le Dr Andreas Kronenberg, infectiologue installé à Berne coordonnera l’étude en Suisse allemande.

Intervenir dans les hôpitaux

L’émergence des résistances aux antibiotiques pose également de grands défis dans les hôpitaux. Le projet de Laurence Senn, médecin associée au service de médecine préventive hospitalière, vise à développer une intervention dans les établissements de Suisse romande pour promouvoir le bon usage des antibiotiques.

«Dans les hôpitaux, les prescriptions d’antibiotiques peuvent être inappropriées dans une proportion pouvant aller jusqu’à 50% des cas», rappelle Laurence Senn. Ce projet réunit 9 hôpitaux de Suisse romande dans un programme de sensibilisation des médecins hospitaliers: formations interactives, évaluations des prescriptions par un expert, propositions de modifications lorsque les traitements sont jugés inappropriés, etc.

Ce projet implique de très nombreux partenaires, représentants de tous les hôpitaux romands et spécialistes en microbiologie, maladies infectieuses ou en hygiène, prévention et contrôle de l’infection.

«Cette concertation entre hôpitaux est essentielle pour éviter une péjoration globale de la situation des résistances bactériennes aux antibiotiques. Nous devons absolument améliorer nos pratiques pour préserver l’efficacité de ces traitements pour les générations futures, sans quoi il pourrait arriver que certaines infections ne puissent simplement plus être soignées», relève Laurence Senn.

Le Programme national de recherche "Résistance aux antimicrobiens" (PNR 72)



Lien(s)

Le Programme national de recherche "Résistance aux antimicrobiens" (PNR 72)



Dernière mise à jour le 10.11.2016 16:51