CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Service
de neurochirurgie
Accueil > Patients et familles > Maladies traitées > La douleur chronique

Gamma Knife

La douleur chronique


Qu'est-ce qu'une douleur chronique?


Une douleur chronique est une douleur qui dure depuis plus de six mois sans répondre aux traitements usuels. Contrairement à la douleur aiguë provoquée par une fracture, une brûlure ou une coupure, qui sert à nous indiquer que quelque chose ne va pas, la douleur chronique est inutile. De par sa persistance dans le temps, elle affecte considérablement notre comportement et notre bien-être. Elle devient alors la maladie à traiter, indépendamment de sa cause initiale.

La douleur chronique peut apparaître à tout âge, de la petite enfance à la vieillesse. Elle touche les hommes comme les femmes. La douleur chronique peut être liée à une maladie, à une déficience, à une infection ou encore à une opération. Elle peut aussi apparaître suite à un accident.


Quelles sont les mesures diagnostiques?


La détermination du type de douleur à traiter nécessite un examen clinique et neurologique. L’imagerie radiologique et l’électroneurophysiologie, soit l'étude de l’activité électrique dans le système nerveux, peuvent aussi faire partie de l’évaluation clinique.

Pour quantifier la douleur, on s'appuie sur des échelles visuelles ou verbales reconnues. La plus utilisée s'appelle l’échelle visuelle analogique (EVA). Pour qualifier la douleur, on soumet le ou la patient-e à un questionnaire.


Quels sont les traitements envisageables?


Il existe deux façons de traiter la douleur chronique: avec ou sans médicaments. Le choix du traitement dépend de l'analyse de la douleur (son type, ses composantes, son intensité et sa qualité), mais également de l’expérience passée du ou de la patient-e.

  • Avec médicaments: les analgésiques sont des médicaments qui permettent d’atténuer, voire de supprimer, la douleur. On les assortit souvent d’anticonvulsivants, de myorelaxants, d’anxiolytiques, de corticoïdes, d’antispasmodiques ou d’antidépresseurs. En cas d'échec, on réévaluera le traitement, voire même le diagnostic.

  • Sans médicaments: les traitements non médicamenteux regroupent les interventions médicales et paramédicales, mais également les médecines parallèles (acupuncture, massage, chiropractie, ostéopathie, réflexologie, etc.).

Il ne faut pas non plus négliger l’aspect psychologique dans la prise en charge de la douleur chronique. Comme cette maladie comprend une part de subjectivité, la personne qui en souffre se sent souvent seule et incomprise. Parfois, elle a même l'impression que son entourage ou les professionnels de la santé ne la croient pas. Une approche psychologique peut l'aider à améliorer sa qualité de vie.

Lorsque les traitements conventionnels s’avèrent inefficaces, on peut envisager un traitement neurochirurgical en ultime recours. Celui-ci est en général du type réversible (stimulation électrique de certaines structures nerveuses ou administration directe de médicaments). Plus rarement, il peut être irréversible.

Le neurochirurgien discutera avec vous des détails de l’intervention qu’il préconise en relation avec votre état ainsi que des risques et bénéfices associés. N’hésitez pas à lui poser des questions.