CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Service
de neurochirurgie
Accueil > Patients et familles > Maladies traitées > Le traumatisme crânio-cérébral > Les conséquences d’un traumatisme crânio-cérébral

Les conséquences d’un traumatisme crânio-cérébral


Lorsque la crise aigue est surmontée, le ou la patient-e devra récupérer ses capacités physiques, psychologiques et sociales. Les traumatismes crânio-cérébraux peuvent causer des séquelles tant neurologiques que psychologiques. Elles varient selon la zone cérébrale affectée, la gravité du traumatisme (léger, modéré, sévère), l’âge et les antécédents de la personne. Le ou la patient-e pourra alors être pris-e en charge par le Service de neuropsychologie et neuroréhabilitation du CHUV.


Les conséquences neurologiques

  • Les atteintes physiques affectent la motricité et les capacités sensorielles. Elles débouchent sur la paralysie (totale ou partielle), la perte d'équilibre, les mouvements involontaires et/ou la difficulté de coordination des membres, les troubles de la vision, de l'ouïe, de l'odorat et/ou du toucher ainsi que les troubles d'élocution.

  • Les perturbations cognitives affectent l'apprentissage, l'attention, la mémoire, la concentration, la communication, la compréhension et l'expression.

  • Sur le plan comportemental, on assiste parfois à un changement de caractère (agressivité, irritabilité, désinhibition, etc.) ainsi qu'à des variations d'humeur, une diminution du contrôle émotif et une attitude dépressive. Ces séquelles sont celles qui persistent le plus longtemps.


Les conséquences psychologiques


Elles peuvent survenir quelle que soit la gravité du traumatisme. Elles peuvent être liées aux troubles neurologiques, mais également être causées par la difficulté de faire le deuil de sa vie d'avant le traumatisme. Selon l’importance de l’atteinte cognitive et comportementale, les victimes de traumatisme souffrent souvent d'isolation: leurs amis et même certains membres de leur famille se détournent d'eux car la communication devient difficile ou ils ne les reconnaissent plus. Dans ces circonstances, il est difficile d’envisager une reconversion professionnelle ou de créer de nouvelles amitiés.

Il existe de nombreux groupes d’entraide pour les victimes de traumatismes crânio-cérébraux et leurs proches dans toute la Suisse. Fragile Suisse soutient la création et le maintien de telles organisations dans toutes les régions du pays.