CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Service
de neurologie
Accueil > Patients et familles > Maladies traitées > Maladies des nerfs périphériques et des muscles

Nos unités

Electromyogramme - électrodiagnostic

Syndrome du canal carpien

Systhème de conduction

Portail romand des maladies rares

Recherche

Maladies des nerfs périphériques et des muscles


Consultation nerf-muscle

Ces maladies se traduisent par des troubles moteurs, des troubles de l’équilibre, des manifestations sensitives anormales ou des douleurs.  

Il s’agit de maladies ou d’accidents atteignant les muscles et les nerfs périphériques. Ces derniers relient les récepteurs de la peau et des organes internes, mais aussi les muscles, au système nerveux central (moelle épinière et cerveau).


Leurs causes sont variées:

  • Elles sont souvent traumatiques. Il peut s'agir, par exemple, d'une compression du nerf médian au poignet (appelée syndrome du canal carpien) qui provoque une gêne douloureuse des doigts de la main, d'une lésion du nerf radial par une fracture de l’humérus(main tombante) ou d’une compression d’un nerf rachidien par une hernie discale (sciatique).

  • Elles peuvent aussi être métaboliques en raison d'une modification du fonctionnement des cellules nerveuses. Les atteintes provoquées par la maladie dépendent de la longueur des nerfs périphériques (plus ils sont longs, moins bien ils fonctionnent). Il s’agit de polyneuropathies (déficits sensitifs des pieds avec une difficulté à les relever, avec ou sans douleurs). Le diabète en est la cause la plus fréquente, mais plusieurs autres maladies peuvent y être associées, comme les déficits en vitamines, l’utilisation de médicaments toxiques pour les nerfs (chimiothérapies agressives par exemple, mais aussi l’alcool), le dépôt de protéines anormales du sang, le mauvais fonctionnement des reins, de la thyroïde, etc.

  • Elles peuvent être inflammatoires avec une atteinte des gaines qui entourent les nerfs, ou des fibres musculaires qui composent les muscles et permettent leur contraction:

    • La forme aigue de l'atteinte inflammatoire des nerfs est dénommée syndrome de Guillain-Barré. La forme chronique est appelée polyradiculoneuropathie inflammatoire chronique (PIDC). L’inflammation peut aussi viser les vaisseaux sanguins et être à l’origine de déficits multiples dénommés mononévrite multiple. Dans tous les cas, ces maladies provoquent des déficits de la force et de la sensation qui peuvent être très sévères et même mortels.

    • L’atteinte inflammatoire des muscles du squelette aboutit à une destruction progressive des fibres musculaires. Il s'agit de myosites (polymyosite, dermatomyosite, myosite à inclusions).

  • Elles peuvent être génétiques, par la perte des programmes de survie des neurones qui permettent au système nerveux, d'une part, d'éliminer des cellules ayant établi des connexions aberrantes, d'autre part, de contrôler la taille des différentes populations de neurones.

    Les polyneuropathies qui correspondent à des atteintes multiples de nerfs périphériques sont réunies sous le terme de neuropathies de Charcot-Marie-Tooth, les atteintes des muscles squelettiques sous le terme de dystrophies musculaires. De nombreuses formes en existent. Elles sont toutes rares.

Ces maladies sont prises en charge par notre Unité des maladies neuromusculaires (nerf-muscle). Les consultations sont pratiquées par un médecin assistant en formation. L’un de nos deux médecins cadres est toujours présent en deuxième partie de la consultation. Ces derniers sont des neurologues expérimentés et enseignant dans leurs spécialités en Suisse et au niveau international. Notre unité est soutenue par l’association de patient-e-s ASRIM.

Notre unité est aussi intégrée dans le Service de neurologie en raison de ses capacités à explorer le système nerveux par la neurophysiologie (l'étude des fonctions du système nerveux) et l’électroneuromyogramme (ENMG).


Les mesures diagnostiques

Elles sont pratiquées lors d’une consultation de neurologie, avec écoute et examen clinique, permettant de lister les problèmes, les déficits, les limitations. Un diagnostic vous est alors proposé. Cette hypothèse est ensuite étayée dans la plupart des cas par des examens de neurophysiologie. Ceux-ci comprennent la mesure des temps de conduction des informations des nerfs périphériques au système nerveux central (qui peuvent être étudiés suite à des impulsions électriques). La fonction des muscles peut être analysée par l’intermédiaire de l’insertion d’un capteur fin dans le muscle. Le plus souvent, la consultation dure environ 1 heure.


Le déroulement des traitements

A la fin de la consultation, un diagnostic vous est proposé. Des examens complémentaires sont souvent requis pour le préciser. Ils peuvent nécessiter que vous repreniez contact avec votre médecin ou que vous soyez convoqué-e directement à l'hôpital pour réaliser rapidement plusieurs examens. Exceptionnellement, vous pouvez être hospitalisé-e plusieurs jours dans notre service.

Notre service a accès à toutes les plateformes d’investigations du CHUV et nous avons des contacts avec de nombreux collègues des différentes spécialités médicales et chirurgicales.

Des contrôles peuvent vous être proposés pour suivre l’évolution d’un traitement. C'est notamment le cas dans les maladies inflammatoires et les maladies génétiques.

Si votre traitement est neurologique, vous recevrez les informations sur les médicaments appropriés à votre problème. D'autres prestations sont proposées, comme des aides auxiliaires ou une prise en charge de rééducation.