CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Service de neuropsychologie
et de neuroréhabilitation
Accueil > Patients et familles > Une équipe d’experts > Physiothérapeutes > Hémiplégie

Hémiplégie


La prise en charge en physiothérapie des patient-e-s adultes hémiplégiques (c'est-à-dire atteint-e-s d’une paralysie d’une ou plusieurs parties d’un seul côté du corps) est réalisée selon le concept Bobath.

Les patients hémiplégiques hospitalisés sont pris en charge en physiothérapie deux fois 45 minutes par jour, sauf le samedi et le dimanche. Les patients hospitalisés depuis moins de 2 mois et qui ne sont pas autonomes pour la marche bénéficient en outre d’un traitement de 30 minutes le samedi matin.


Concept Bobath

Ce concept a été mis au point par Mme Bobath, physiothérapeute, et M. Bobath, neuropsychiatre, dès le début des années 50. Il est actuellement développé par une association regroupant 200 instructeurs enseignant cette méthode.

Le concept Bobath est fondé sur le mouvement normal. La finalité du concept est de permettre au ou à la patient-e hémiplégique de réaliser un maximum d'activités de la manière la plus proche possible de la normale, c'est-à-dire en intégrant les deux hémicorps (les deux moitiés du corps, gauche et droite).

Quelques principes de traitement:

  • Avoir une approche globale de la personne

    Le corps dans son entier est pris en charge. On recherche une participation active du ou de la patient-e dans son traitement.
    Les principaux problèmes (mouvement, sensation du mouvement, équilibre) sont abordés simultanément et non séparément.

  • Construire le traitement selon le schéma évaluation-traitement-évaluation

    L'observation du ou de la patient-e est permanente et permet de personnaliser la prise en charge, afin d'éviter les réactions pathologiques pour obtenir un mouvement le plus normal possible.

  • Normaliser le tonus musculaire

    Le tonus musculaire est la tension des muscles au repos ou lors des mouvements. Ce tonus peut être soit augmenté (muscles contractés, spasmes musculaires), soit diminué. Ce tonus doit être corrigé pour obtenir une stabilité adéquate et pour retrouver les mouvements. Un tonus normal et une bonne position de la cheville sont souvent la base de la stabilité. Ceci peut être réalisé par une attelle articulée, qui permet la mobilité, mais qui empêche l'entorse.

  • Rechercher les mouvements perdus

    Recréer des réseaux au niveau du cerveau par la facilitation (guidance) et par la stimulation tactile, orale et visuelle.

  • Stimuler la sensibilité perturbée

    La sensibilité superficielle peut être stimulée par la reconnaissance de différents objets, son propre corps et la température. Différents moyens sont utilisés comme la piscine (enveloppement complet du corps par l'eau) et la marche à pieds nus à l'intérieur comme à l'extérieur.
    La sensibilité profonde est stimulée par la recherche d'alignement, des exercices avec feedback visuel sur la plate-forme de force.

  • Entraîner l'équilibre

    Rechercher les réactions d'équilibre.
    Améliorer l'équilibre par un bon alignement, une bonne stabilité de la cheville, de la hanche et du tronc tout en gardant la mobilité.
    Entraîner l'équilibre dans des activités en position assise, à quatre-pattes et debout.

  • Entraîner la coordination

    Intégrer l'hémicorps atteint dans différentes activités de la vie quotidienne, telles que le sport et les jeux de groupe.

  • Travailler en équipe interdisciplinaire

    Respecter les objectifs fixés par l'équipe interdisciplinaire.
    Stimuler le ou la patient-e toute la journée selon le même concept.