Accueil
CHUV
Faculté
   FR   -EN
Plan du site
Département
des neurosciences cliniques
Accueil > Le département en bref > Neurosciences lémaniques

En savoir plus

Article "Grand remue-méninges pour le projet "cerveau" de l'EPFL", paru dans 24heures du 8 octobre 2013, et la vidéo.


Lemanic neurosciences



Brain Mind Institute

Les neurosciences lémaniques: un pôle de recherche d'excellence  

Dirigé par un pionnier internationalement reconnu de l’imagerie cérébrale, Richard Frackowiak, le Département des neurosciences cliniques du CHUV (DNC) bénéficie d'un environnement exceptionnel dans le domaine de la recherche. Les remarquables travaux du DNC s'inscrivent en effet dans un ensemble beaucoup plus vaste qui fait de la région lémanique un laboratoire mondial de la médecine du futur.


Richard Frackowiak

Richard Frackowiak a été nommé professeur ordinaire de l’Université de Lausanne et chef du Service de neurologie du CHUV en 2008. Chargé de constituer un nouveau Département des neurosciences cliniques, celui-ci est aujourd'hui en plein développement. Le but est de pouvoir traiter de la façon la plus performante des maladies telles que la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson ou l’épilepsie qui touchent, en Suisse, près de 10% de la population.

Richard Frackowiak est l’ancien doyen de l'Institute of Neurology de Queen Square à Londres, le plus fameux institut de neurologie au monde avec Harvard. Il a su y faire collaborer cliniciens et chercheurs autour de toutes les nouvelles techniques d’imagerie cérébrale. Sa venue à Lausanne représente un atout remarquable pour consolider et développer les neurosciences qui sont déjà un point fort de l’arc lémanique.

Personnalité de premier plan, au charisme indiscutable, le professeur Frackowiak bénéficie, grâce aux différentes fonctions académiques qu'il occupe, d’un très vaste réseau de contacts à travers le monde.


Un très large éventail de recherches

Depuis une dizaine d’années, les neurosciences connaissent un essor remarquable sur l'axe Genève-Lausanne, qui est aujourd'hui considéré comme l’un des premiers centres européens dans ce domaine. Pour le professeur Pierre Magistretti, l'une des figures de proue des neurosciences lausannoises, cette discipline «est l'une des dernières frontières de la biologie». Non seulement elle s'attaque à de nombreuses maladies, mais elle touche ce qu'il y a de plus profond en nous: notre esprit, notre identité.

Le génie lémanique réside dans la diversité. Les neurosciences lémaniques présentent en effet un très large éventail de recherches. De nombreuses thématiques sont ainsi explorées:

  • des maladies neurodégénératives aux neurosciences comportementales, en passant par les neurosciences psychiatriques

  • des mécanismes moléculaires aux fonctions cognitives, en passant par l'examen des réseaux de neurones et le décryptage de nos émotions et de nos comportements.

Les entreprises du secteur privé, quant à elles, s'intéressent plus particulièrement aux affections liées au vieillissement de la population, comme les maladies de Parkinson et d’Alzheimer.


Des projets portés par des réseaux

Même si chaque site ou institution de recherche a ses thèmes de prédilection, la collaboration transdisciplinaire et interdisciplinaire est aujourd'hui le maître-mot. On est passé d’un fonctionnement en silos – chaque groupe de recherche travaillant isolément - à un fonctionnement en réseau fondé sur des projets de recherche commun. La collaboration entre institutions et laboratoires de recherche et le partenariat avec les acteurs industriels sont devenus la règle.

Les collaborations sont favorisées par des nominations conjointes. De nombreux chercheurs sont rattachés à plusieurs institutions. Leur double affiliation à la fois à une faculté des sciences, de biologie ou de médecine et à un hôpital universitaire est très fréquente. Ce qui permet à des scientifiques reconnus dans la recherche fondamentale ou clinique de participer ensemble à l'émergence de nouvelles découvertes.

De nombreuses infrastructures de pointe, conçues dans le cadre de grands projets, sont également partagées par les différents sites et groupes de recherche. C'est notamment le cas du Centre d'imagerie biomédicale, le CIBM, qui focalise ses activités autour de trois disciplines: les neurosciences et les maladies neurodégénératives, les maladies métaboliques et l’oncologie. Installé sur le site de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), il utilise principalement l’imagerie par résonance magnétique qu’il combine avec d’autres méthodes d’imagerie (tomographie à contraste de phase, imagerie par isotopes radioactifs, électroencéphalogramme).  


page suivante ->