CHUV
Les activités du CHUV
   FR   -EN
MENU
Département
des neurosciences cliniques
Accueil > Recherche > Centre de recherche en neurosciences > Laboratoire de neuro-immunologie

Liens

Laboratoire de neuro-immunologie

Pr Renaud du Pasquier, Dr Myriam Schluep


Laboratoire de neuro-immunologie

L’Unité de neuroimmunologie/sclérose en plaques (NIS), dirigée par le Prof. Renaud Du Pasquier, conjointement avec la Dresse Myriam Schluep, est couplée au Laboratoire de neuro-immunologie.

Le thème principal de ce laboratoire est l’étude des processus responsables du déclenchement et de l’évolution des maladies démyélinisantes. Ces maladies sont caractérisées par la perte ou le dysfonctionnement de la myéline, substance qui offre un soutien physique et nourricier aux neurones. Ce thème se décline avec les trois axes de recherche suivants:

  • Mécanismes de déclenchement de la sclérose en plaques: interaction entre réponses immunitaires innée (non apprise-monocytes, cellules dendritiques) et adaptative (le corps a appris à développer une défense spécifique). Dans ce contexte, la réponse contre le virus Epstein-Barr (responsable de la mononucléose infectieuse ou «maladie du baiser»), un agent environnemental associé à une augmentation du risque de sclérose en plaques est en particulier étudiée.

  • Méthode in-vitro: En collaboration avec le Laboratoire de neurothérapies celluraires et moléculaires de la Prof. N. Déglon, développement de la technique de  reprogrammation des cellules du sang des patients en cellules neurales afin de pouvoir étudier l’effet de l’immunité sur les cibles nerveuses.

  • Cas cliniques: immuno-pathogenèse de la leucoencéphalopathie multifocale progressive, une maladie démyélinisante (associée à la perte de myéline) causée par le virus JC. Auparavant assez rare, cette infection survient plus fréquemment chez certain-e-s patient-e-s atteint-e-s de sclérose en plaques et traité-e-s par l’anticorps monoclonal natalizumab.

  • Patient-e-s VIH souffrant de complications neurologiques: constitution d’un groupe de patient-e-s VIH+ de Suisse romande et développement de plusieurs thèmes de recherche. Une plateforme d’investigations multi-disciplinaires des complications neurologiques liées au VIH est aussi à la disposition des patients.


L’imagerie par résonance magnétique représente par ailleurs la méthode non invasive de référence pour étudier les lésions de sclérose en plaques. La Dresse Cristina Granziera affilée à notre Unité NIS nous permet de conduire un projet de recherche qui se déroule conjointement avec le Laboratoire de recherche en neuroimagerie (LREN) et le Centre d’imagerie bio-médicale (CIBM).


Finalement, de nombreux-euses patient-e-s sont enrôlés dans des études thérapeutiques multicentriques. Ainsi, l’Unité NIS contribue fortement à la recherche de traitements efficaces pour la sclérose en plaques.