CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Département
d'oncologie
Home > Le département > Historique
ISREC

Ludwig Cancer Research

Centre suisse du cancer Lausanne


Historique

Lausanne contre le cancer...


Historique

 

 

Dans le cadre du CHUV, l’oncologie est née comme discipline autonome en 1988, grâce à la création du CePO, Centre Pluridisciplinaire d’Oncologie, une fondation privée intégrée au sein du Centre coordonné d’oncologie ambulatoire du CHUV (CCO), au même titre que les autres consultations. Le CePO s'occupait principalement de l'aspect médical des traitements anticancéreux, ainsi que de recherche sur le cancer.

 

Le CePO a été visionnaire en développant une oncologie interdisciplinaire permettant d’établir les bases de ce qui allait devenir le Département d’oncologie UNIL-CHUV d’aujourd’hui.

Fondation ISREC

Par ailleurs, Lausanne se positionne depuis des années sur le front de la recherche contre le cancer. Depuis 1964, la ville héberge la Fondation ISREC, qui a commencé ses activités par la création de l’Institut Suisse de Recherche Expérimentale sur le Cancer (ISREC). Depuis 2008, l’ISREC se scinde en deux entités distinctes: d’une part, l’institut de recherche, désormais intégré à l’EPFL; d’autre part, la Fondation, reconnue d’utilité publique est sous surveillance de la Confédération.

Ludwig Institute for Cancer Research

Outre l’ISREC, l’EPFL, le CHUV et l’UNIL, Lausanne accueille également depuis 1973 une antenne du Ludwig Institute for Cancer Research (LICR). Basé à New York, présent dans dix centres et dans sept pays, c’est un acteur majeur à l’échelle mondiale dans le domaine de l’immunologie et de l’immunothérapie. L’équipe lausannoise se concentre sur l’étude des mélanomes. Depuis 2011, le LICR@UNIL fait partie intégrante de l’Université de Lausanne.

Grâce à cette confluence de forces, cette mise en réseau du savoir, Lausanne a réalisé d’importantes contributions dans le domaine du traitement du cancer:

  • la gestion de la neutropénie (déficit d'un type particulier de globules blancs) due à la chimiothérapie

  • la méthode appelée "perfusion d’un membre isolé"

  • la combinaison de la chimiothérapie et de la radiothérapie pour la zone ORL

  • la chimio-radiothérapie associée au Témozolomide pour le traitement du glioblastome

  • des vaccins contre le mélanome.