CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Département
d'oncologie
Home > Patients et familles > La maladie et ses traitements > Bilan diagnostique > Examens biologiques

AU CHUV

Les examens biologiques sont réalisés dans les différentes unités du Département des laboratoires.

Parmi celles-ci, l'Institut de pathologie est en charge de l'analyse au microscope des cellules (cytopathologie) et des tissus (histopathologie) prélevés.


EXAMENS BIOLOGIQUES

Les examens biologiques sont réalisés sur des liquides ou tissus du corps au moyen de plusieurs techniques de prélèvement: prise de sang, ponction, biopsie, etc. Selon leur nature, ils sont effectués par les infirmières ou les médecins sur la base de procédures définies dans les services.


Analyses de sang, d’urines ou d’autres liquides biologiques

L’analyse des liquides biologiques sert plusieurs motifs. Certains examens contribuent à informer sur l’état de santé ainsi que sur les répercussions de la maladie ou des traitements sur l’organisme. D’autres sont utiles au diagnostic et au suivi de l’évolution de la maladie.


Analyses les plus courantes pour connaître l’état de santé et mesurer les répercussions de la maladie ou des traitements

  • La numération des cellules du sang (appelée aussi formule sanguine). Elle mesure le nombre de globules rouges, globules blancs et plaquettes. Une variation du nombre d’un des types de cellules peut indiquer une anémie, un risque accru d’infection, un processus infectieux en cours, un risque d’hémorragie.

  • Le dosage des constituants du sang, de l’urine et des autres liquides. Il s’agit par exemple de la mesure des électrolytes, des enzymes, des lipides qui permettent d’évaluer le fonctionnement de plusieurs organes (foie, reins, etc.)

  • Les analyses microbiologiques. Elles détectent la présence et les caractéristiques de bactéries, virus ou autres micro-organismes lors d’un processus infectieux.


Analyses spécifiques au diagnostic de la maladie cancéreuse ou au suivi de son évolution

  • Le dosage de marqueurs tumoraux sanguins. Il mesure la concentration dans le sang de protéines produites par la tumeur elle-même. Il est utile au suivi de certains cancers (prostate, ovaire, par exemple).

  • L’examen cytopathologique. Il consiste à analyser au microscope les cellules présentes dans le liquide prélevé pour déterminer leurs particularités et leur degré d’anomalie.


Les différentes techniques de prélèvement

Prélèvement simple: recueil d’un échantillon biologique (urines, expectorations, selles).

Frottis: prélèvement de cellules ou germes effectué en grattant une zone de peau ou de muqueuse à l’aide d’un bâtonnet ou d’une curette (instrument en forme de cuillère). Les plus connus sont ceux pratiqués pour l’examen du fond de gorge ou lors d’un examen gynécologique. Cette technique ne demande pas de préparation particulière.

Ponction: prélèvement d’un liquide à l’aide d’une aiguille fine en passant à travers la peau. Cette technique donne accès aux liquides contenus dans certaines parties du corps (organe, ganglion, nodule, par exemple). Elle nécessite une anesthésie locale selon le type de ponction. Une prise de sang est aussi appelée ponction veineuse.

Biopsie: prélèvement d’un fragment de tissu. Cette technique est souvent réalisée simultanément à un examen d’imagerie. Dans ce cas, le prélèvement est pratiqué à l’aide d’une aiguille fine. La biopsie est faite sous anesthésie locale; elle requiert une anesthésie générale dans des cas exceptionnels.

Analyse des tissus

En présence d’une anomalie décelée sur un examen d’imagerie, on a recours au prélèvement d’un fragment de tissu par biopsie, afin d’étudier sa structure et sa composition au microscope. Le même type d’examen microscopique est réalisé sur la pièce opératoire en cas de chirurgie. Ces examens sont pratiqués par un médecin pathologiste:

  • L’étude histopathologique donne des informations précises sur le type de cancer et ses caractéristiques. Elle est pratiquée de manière systématique.

  • L’étude immunohistochimique permet de préciser le profil de la tumeur. Elle est complémentaire à l’étude histopathologique.

  • L’étude génétique de la tumeur vise à rechercher si un gène est en cause et, si c’est le cas, à identifier lequel.