CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Département
d'oncologie
Home > Patients et familles > Votre prise en charge > Réalisation des traitements

En savoir plus

Vous trouverez sur le site de la Ligue suisse contre le cancer diverses brochures sur les effets des traitements et les moyens d'y faire face.


Traitements

Vivre avec le cancer

Réalisation des traitements


Comment s'organisent les traitements et le suivi pendant ceux-ci?

Le choix des traitements, leur durée, ainsi que les intervalles entre chacun sont variables selon la localisation et les caractéristiques de la maladie, l’état de santé général de la personne, ses antécédents médicaux et chirurgicaux.

Ces informations font partie de la stratégie thérapeutique, précisée à chaque patient-e avant le début des traitements.

Selon les objectifs visés, un traitement peut-être:

  • néo-adujvant: il s'agit d'un traitement administré avant un traitement local dans le but de faciliter la réalisation de celui-ci (chimiothérapie administrée avant une chirurgie pour diminuer la taille d'une tumeur par exemple);

  • adjuvant: il s'agit d'un traitement administré en plus d'un traitement local pour aider à réduire le risque de récidive (radiothérapie après une chirurgie, par exemple).

Les analyses biologiques, l'examen clinique ainsi que les examens d'imagerie font partie intégrante du programme de traitement. Des consultations médicales de suivi et des examens sont donc planifiés à intervalles réguliers. Ceci permet d'évaluer l'efficacité des traitements, la tolérance de l'organisme et de dépister d'éventuels effets secondaires.

Selon les résultats obtenus, les signes cliniques et les symptômes observés par la personne soignée, le médecin peut être amené à adapter le programme de traitement.


Qu’entend-on par effets secondaires?

Les effets secondaires sont des réactions ou conséquences qui peuvent être ressenties ou observées en plus de ce qui est attendu comme bénéfice d’un traitement. La connaissance que l’on a aujourd’hui de la majorité d’entre eux permet d’agir préventivement en les atténuant, voire en les évitant, par une surveillance, des soins et des médicaments adaptés.

Les effets secondaires sont principalement de deux types:

  • Leur manifestation peut être locale et limitée à la zone de traitement: modification de l’état de la peau après une radiothérapie, perturbation du fonctionnement d’un organe suite à une chirurgie ou irritation d’une veine lors d’une injection de chimiothérapie, par exemple.

  • Ils peuvent être généraux et toucher différentes fonctions de l’organisme. C’est principalement le cas suite à un traitement systémique. La chimiothérapie, par exemple, agit principalement sur les cellules cancéreuses mais aussi transitoirement sur les cellules saines à croissance rapide. Elle exerce ainsi un effet sur les cellules à l’origine des cheveux et des poils, des cellules de la peau, du tube digestif, de la reproduction ou de la moelle osseuse.

S’ils se manifestent, les effets peuvent survenir pendant le traitement, immédiatement après celui-ci ou plus tardivement.

La plupart des effets immédiats sont transitoires. C’est notamment le cas lorsqu’ils touchent des cellules saines à croissance rapide, car ces cellules ont l’aptitude de se régénérer d’elles-mêmes efficacement. D’autres réactions peuvent entraîner des conséquences à plus long terme ou se révéler permanentes.


Comment gérer les effets secondaires ?

Avant le début du traitement, la question des effets secondaires ainsi que celle des bénéfices et des risques de chaque traitement est abordée par les médecins spécialistes. Ceci permet à la personne soignée de discuter des avantages et des limites de la stratégie thérapeutique, de l’évaluer et de donner son propre avis sur le choix des traitements.

Pendant le traitement, la patiente ou le patient est invité-e à parler le plus rapidement possible avec son équipe soignante des effets ou des manifestations difficiles à gérer, qui n’auraient pas été décrits ou qui provoquent de l’inquiétude. Les moyens qui permettent de rendre ces effets plus tolérables et d’atténuer l’inconfort peuvent ainsi être discutés.

Ces informations permettent aussi au médecin d’évaluer la situation particulière de la personne soignée et d’envisager les solutions qui conviennent: traiter le symptôme et/ou adapter les traitements (rythme, doses, etc).