CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Département
de psychiatrie
Accueil > Formation > Le SUPAA, Centre collaborateur de l’OMS pour la psychiatrie de l’âge avancé
En savoir plus sur le programme OMS « Neurologie et santé publique »

Le Service universitaire de psychiatrie de l'âge avancé (SUPAA)

logo de l'OMS


                                                                                                                                                     

Centre collaborateur de l’OMS pour la psychiatrie de l’âge avancé


Depuis 1997, le Service universitaire de psychiatrie de l’âge avancé (SUPAA) du CHUV est désigné Centre collaborateur pour la psychiatrie de l’âge avancé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Alors que le SUPAA est l’unique référent mondial dans cette spécialité, l’OMS vient de lui renouveler sa confiance pour les quatre années à venir.

  

Corollaire de l’allongement de l’espérance de vie et de l’augmentation de la population, le nombre de personnes âgées atteintes d’une maladie psychique augmente. Alors que des structures de soins adaptées aux personnes souffrant de ces pathologies existent dans la majorité des pays économiquement développés, ce n’est pas encore le cas partout. Pour exemple, on compte environ 200 fois moins de soignants dans les pays à faible revenu que dans les pays riches. Cette situation génère de nombreux défis pour lesquels l’OMS cherche des solutions concrètes. Il s’agit notamment de promouvoir les connaissances dans le domaine de la psychiatrie de l’âge avancé et d’aider les personnes sur le terrain à améliorer les conditions sanitaires en fonction de leur contexte socioculturel et de leurs moyens. Selon son principe de collaboration avec des institutions nationales pour des visées internationales, l’OMS a donc recherché un interlocuteur spécialisé pour agir comme expert sur ses questions précises ou sur des mandats.
  

La psychiatrie de l’âge avancé : une tradition lausannoise

  
Dès les années 60, des médecins lausannois se sont intéressés à la prise en charge des personnes âgées souffrant de troubles psychiques. Des pionniers dans ce domaine, à l’image du Prof. Jean Wertheimer, ont développé des connaissances pointues, jusqu’à créer une nouvelle spécialité en médecine avec une mission propre : la psychiatrie de l’âge avancé.  

Le service lausannois (actuel SUPAA) joue alors un rôle novateur et développe l’offre de soins psychiatriques pour les personnes âgées. En parallèle, il acquiert un rayonnement international, notamment avec sa qualification universitaire en 1980.  

Au milieu des années 90, c’est donc pour ses compétences spécifiques dans le domaine de la psychiatrie de l’âge avancé que l’OMS a nommé le SUPAA l’unique Centre collaborateur pour la psychiatrie de l’âge avancé (1er directeur du centre : Dr C. Lima Mendonça).
  

Une collaboration fructueuse entre le SUPAA et l’OMS

  
Depuis 1997, de nombreux projets ont été concrétisés dans le cadre de la collaboration entre le Département de santé mentale et abus de substance de l’OMS et le SUPAA. Le service du CHUV a notamment joué un rôle clé dans :

  • l’obtention d’un consensus sur les missions liées à la psychiatrie de l’âge avancé. Pour ce faire, il a organisé trois conférences de consensus en 1996, 1997, 1998 (Lausanne Technical Consensus Statements on the Psychiatry of the Elderly) ;

  • la création de « fact sheets » de références diffusées par l’OMS. La dernière, publiée en 2013, se réfère à la dépression ;

  • contribution au World Health Report 2015 (pas encore publié) ;

  • la sensibilisation et la diffusion d’informations relatives à la psychiatrie de l’âge avancé dans des pays où cette spécialité est encore peu développée. Pour exemple, un projet en cours au Brésil dont le but est de créer un programme de formation pour le personnel soignant.

« Un mandat important en cours consiste à organiser une réflexion entre experts internationaux dans le cadre de la révision de la Classification internationale des troubles mentaux et des troubles du comportement (CIM-11),  précise le Prof. Armin von Gunten, Chef du SUPAA. Il s’agit notamment d’identifier les spécificités diagnostiques des maladies psychiatriques chez la personne âgée. C’est une nouveauté pour les classifications générales reconnues.»

L’OMS vient de renouveler sa confiance dans le SUPAA. Les travaux continueront donc jusqu’en 2019 au moins.

  

> Plus d’informations sur le SUPAA
  

> Lausanne Technical Consensus Statements on the Psychiatry of the Elderly Icone fichier (121Kb)