CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Service de soins palliatifs
et de support
Accueil > Patients et famille > Questions fréquentes

Contacts

Pour les patients et les proches

Le secrétariat est à disposition du lundi au vendredi,
de 8h30 à 17h.
Tél. 021 314 0288
Contact e-mail


Nous trouver

Unité de médecine palliative (hospitalisation)

Hôpital Beaumont
Niveau 5
Av. de Beaumont 29
CH - 1011 Lausanne

Equipes mobiles et consultation ambulatoire

Hôpital Nestlé
Niveau 4
Av. Pierre-Decker 5
CH - 1011 Lausanne


Nos collaborateurs

Aspects pratiques au CHUV

Questions fréquentes


Recourir aux soins palliatifs, cela signifie que la mort est proche?

C’est souvent ce que craignent les patient-e-s et les proches et c’est parfois vrai. Il s’agit alors de soins de fin de vie, qui font partie de l’activité des soins palliatifs. Mais c’est la plupart du temps faux et nous suivons beaucoup de patient-e-s durant de nombreuses années.


Est-ce que les soins palliatifs ne s’occupent que de cancers?

Une grande partie des patient-e-s suivi-e-s dans notre service sont effectivement atteint-e-s de cancer. Mais nous intervenons pour toutes les maladies graves. Par exemple, pour les patient-e-s souffrant d’insuffisance respiratoire, cardiaque, rénale, hépatique, ou lors de maladies neurologiques dégénératives.


Les patients hospitalisés au Service de soins palliatifs peuvent-ils vivre ensuite en-dehors de l'hôpital?

Par définition, les patient-e-s hospitalisé-e-s dans notre service sont toujours en situation de crise et à un stade avancé de la maladie. Pourtant, dans plus de la moitié des cas, la situation est stabilisée et les patient-e-s peuvent retourner dans leur lieu de vie ou dans une structure d’accueil hors du CHUV.


Les soins palliatifs ne s’occupent-ils que de traiter la douleur?

Non. Les professionnels des soins palliatifs sont spécialement formés à gérer la douleur, mais ils traitent aussi la nausée, les troubles digestifs, la peine à respirer, la fatigue, l’anxiété, la déprime, la confusion, etc. La différence entre les soins palliatifs et le reste de la médecine réside seulement dans l’objectif primaire: chez nous, c’est la qualité de vie. Pour y arriver, nous ne faisons pas moins qu’ailleurs et nous avons recours à l'entier du plateau technique du CHUV, en passant, s’il le faut, par l’antalgie invasive, la chirurgie, la radiothérapie, etc.


La morphine altère-t-elle la concentration des patients et les rend-elle dépendants?

Au contraire, une bonne gestion des symptômes essaie d’éviter les effets secondaires et si des opiacés sont bien administrés, ils n’engendrent aucune dépendance.


Est-ce que les soins palliatifs raccourcissent la vie?

Au contraire, des études récentes prouvent que bénéficier de soins palliatifs améliore la qualité de vie et la prolonge.

(Temel et al. New England Journal of Medicine 2010)