CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Accueil > Liste des actualités > Actualité ou Agenda - Détail
Centre d'investigation et de recherche sur le sommeil
fermer

Pourquoi est-on fatigué au printemps?

Francesca Siclari, cheffe de clinique au Centre d'investigation et de recherche sur le sommeil au CHUV a répondu aux questions du journal La Poste. Découvrez son interview.

Publié par Chloe Ruch

45% des sondés se disent touchés par la fatigue de printemps. Pourquoi est-on plus fatigué au printemps?

Il y a plusieurs facteurs dans cette période de l'année qui peuvent influencer la fatigue. D'une part, il y a le changement d'heure fin mars qui peut perturber le rythme circadien. Nos habitudes jour nuit se décalent légèrement: on va plus tard au lit et on peine à se lever plus tôt le matin, ce qui peut entraîner un manque de sommeil. L'organisme a parfois besoin de plusieurs jours pour s'adapter. A cela s'ajoutent les allergies saisonnières. Les personnes sensibles au pollen peuvent se plaindre de fatigue en plus des symptômes allergiques. Il y a donc des raisons concrètes à cette fatigue. Mais, heureusement, tout le monde n'est pas touché. A vrai dire, une bonne partie de la population ressent plus d'énergie au printemps grâce au retour de la lumière.

­

Les gens touchés devraient donc s'exposer plus à la lumière pour améliorer leur état?

Oui. La lumière aide à synchroniser et à régulariser notre rythme veille-sommeil. Le matin, il faut sortir et faire le plein de lumière. Mais quand on manque de sommeil, cela ne suffit pas, il faut aussi dormir! Le seul remède efficace contre la somnolence est le sommeil.

­

­

Les employés ne peuvent pas vraiment faire une sieste à tout moment. Que faut-il faire si l'on doit travailler alors que l'on tombe de sommeil?

Si les symptômes persistent de façon chronique et malgré une durée de sommeil adéquate, il faut consulter, car il peut y avoir d'autres causes médicales de somnolence, comme les apnées du sommeil ou d'autres troubles. Il faut consulter rapidement si on est actif dans un environnement où les dangers sont réels: déplacements en véhicule, travail sur des machines, transport de passagers, etc. Des études récentes ont même montré que certaines parties du cerveau «dorment pendant la veille» lorsqu'on manque de sommeil, et que cela entraîne des erreurs dans certaines tâches de concentration. De plus, la somnolence chronique et le manque de sommeil rendent irritable, impulsif, négatif. «La qualité et la quantité de sommeil ont un impact réel sur la productivité».

­

Avant de consulter, que peut-on faire pour lutter contre la fatigue et la somnolence?

Eviter les repas lourds, sortir le matin pour emmagasiner le plus de lumière possible, avoir des rythmes de sommeil réguliers, avoir une durée de sommeil suffisante et éviter les écrans lumineux (tablettes, smartphones) le soir.

­

Faut-il en parler à sa hiérarchie?

Chose délicate puisque se plaindre de fatigue au travail suscite le plus souvent railleries et moqueries... C'est vrai. Même certains médecins ont parfois tendance à banaliser les problèmes de fatigue. Pourtant, la science a fait des progrès dans ce domaine et on sait aujourd'hui que la qualité et la quantité de sommeil ont un impact réel sur la productivité.

­

Interview réalisé par le Journal La Poste, par la journaliste Annick Chevillot

­

Voir aussi l'article du 20 minutes "salariés rémunérés s'ils dorment assez"





Dernière mise à jour le 20.04.2016 15:00