CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Centre d'investigation
et de recherche sur le sommeil
Accueil > Patients et familles > Les troubles du sommeil > Les troubles de l’horloge interne

Examens du sommeil

Les troubles de l’horloge interne


Notre tendance à nous endormir est habituellement plus importante pendant la nuit et moindre pendant la journée. Ce cycle veille-sommeil est réglé par la production de mélatonine, hormone sécrétée pendant la nuit par la glande pinéale qui se trouve dans notre cerveau. L’absence de lumière favorise la sécrétion de cette hormone et la lumière la diminue. C’est grâce à ce phénomène que nous parvenons à déplacer progressivement notre phase de sommeil lorsque nous changeons de fuseau horaire et à adapter notre horloge interne.

Chez certaines personnes, on observe un dérèglement de l’horloge interne avec une sécrétion trop tardive de mélatonine (retard de phase). Ces personnes éprouveront de la difficulté à s’endormir et se plaindront d’un réveil laborieux le matin. A l’inverse, les personnes chez qui la mélatonine est sécrétée déjà dans l’après-midi mais plus au petit matin (avance de phase) se plaindront de somnolence en début de soirée et d’insomnie matinale.

Traitement

En cas de retard de phase, phénomène particulièrement fréquent chez les adolescent-e-s, il est recommandé d’éviter les couchers tardifs et les grasses matinées du week-end pour éviter d’entretenir ce décalage. La consommation de boissons caféinées (cola, boissons énergisantes, café, thé noir ou thé vert) est également à proscrire dès le milieu de l’après-midi. Finalement, les activités éveillantes comme l’ordinateur et les jeux vidéo devraient être remplacées dans la soirée par de la lecture en-dehors du lit.

La complexité des différents facteurs contribuant au développement des troubles de l’horloge interne incite à utiliser souvent une approche à plusieurs niveaux, adaptée au type de trouble. Des mesures comportementales (une bonne hygiène du sommeil), la chronothérapie (l’imposition des horaires de coucher et de lever selon un protocole pré-établi), la luminothérapie (l’exposition à une lumière d'intensité et de spectre lumineux spécifique à certains moments de la journée) ou l’administration de mélatonine exogène sont les principales options thérapeutiques pour ce type de troubles.