CHUV
Les activités du CHUV
MENU
Centre de transplantation
d'organes
Accueil > Recherche > Axes de recherche > Immunopathologie de transplantation

Contact
 

Dr Déla Golshayan
Centre de transplantation d’organes & Transplantation Immunopathology Laboratory
CHUV
BH07/354
Rue du Bugnon 46
1011 Lausanne, Suisse

Tél. +41 79 556 4762
Fax: +41 21 314 1175
Contact e-mail


Publications

LABORATOIRE D’IMMUNOPATHOLOGIE DE TRANSPLANTATION


GROUPE DE RECHERCHE

Responsable de recherche

Dr Déla Golshayan, MD PhD, PD & MER1
 

Collaborateurs 2012

  • Jean-Christophe Wyss, biologiste 

  • Lerisa Govender et Rajesh Kumar, doctorants PhD

  • Mathias Stevanin, étudiant Master de médecine

 

Le laboratoire est soutenu par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, la Faculté de biologie et médecine de l’Université de Lausanne et des fondations privées.

Il fait partie du Centre for Immunity and Infection Lausanne (CIIL) et participe au programme doctoral de l’UNIL “International PhD Program in Cancer and Immunology”.


Un des obstacles majeurs à la transplantation d’organes solides est la réponse immune du receveur dirigée contre les antigènes HLA du donneur, aboutissant au rejet du greffon. L’administration de médicaments immunosuppresseurs permet de prévenir efficacement le rejet aigu de greffe, mais ces traitements sont associés à des effets secondaires importants (infections, tumeurs, maladies cardio-vasculaires) et ne préviennent que partiellement la dysfonction chronique progressive et la perte du greffon. Le traitement optimal en transplantation serait d’induire une tolérance immune spécifique pour les antigènes du donneur.
 

Le but de notre recherche est de progresser dans la compréhension des mécanismes de rejet de greffe et de la tolérance immune, afin de tester de nouvelles stratégies thérapeutiques qui pourraient être cliniquement applicables. En particulier, nous étudions la biologie des sous-types de cellules T CD4+ dans des modèles murins de transplantation. Différentes approches exploitant la population de cellules T CD4+CD25+FoxP3+ régulatrices (Treg) dans le traitement de maladies auto-immunes et dans l’induction de la tolérance en transplantation sont actuellement explorées.
 

Les résultats de cette recherche permettront de mieux caractériser la réponse immune de l’hôte et les mécanismes aboutissant au rejet de la greffe ou à sa tolérance. Cela ouvrira la voie à la mise en place de nouveaux protocoles de suivi immunologique et de traitement en clinique. De plus, les mécanismes étudiés dans ces projets, notamment le rôle immunomodulateur des Treg, peuvent contribuer à la compréhension d’autres maladies où les cellules T effectrices (Teff) interviennent, comme par exemple les maladies auto-immunes ou la réponse anti-tumorale.       


PROJETS ACTUELS

BIOLOGIE DES TREG ET ROLE DANS L’INDUCTION DE TOLERANCE EN TRANSPLANTATION

  • Caractérisation du rôle des Treg et des sous-types de Teff dans l’alloréponse;

  • Potentiel et limites des stratégies thérapeutiques basées sur l’utilisation des Treg en transplantation;

  • Etude des mécanismes d’activation des cellules T et des voies de signalisation;

  • Effet des immunosuppresseurs actuels sur les Treg et Teff, recherche de nouveaux agents immunomodulateurs.

ETUDE DE LA MIGRATION LYMPHOCYTAIRE IN VIVO ET DES MECANISMES DE REJET -TOLERANCE DE GREFFE

  • Transfert in vivo de cellules T marquées et utilisation des techniques de cytométrie de flux et de microscopie à fluorescence pour analyser la migration et la fonction des Treg et Teff en réponse à une allogreffe;

  • Modèles expérimentaux de transplantation de peau ou d’îlots de pancréas chez la souris.

ROLE DES CELLULES NON-T DANS L’IMMUNOMODULATION EN TRANSPLANTATION

  • Potentiel tolérogénique des cellules dendritiques modifiées in vitro (transfert de gènes codant pour des protéines immunomodulatrices, exposition à des agents immunomodulateurs);

  • Caractérisation des cellules myéloides immunosuppressives (MDSC).

ROLE DES TREG EN XENOTRANSPLANTATION

  • Etude des mécanismes de tolérance en xénotransplantation dans un modèle de greffe d’îlots de pancréas chez la souris.

RECHERCHE CLINIQUE TRANSLATIONNELLE EN TRANSPLANTATION RENALE

  • Swiss Transplant Cohort Study (STCS): étude de cohorte prospective multicentrique, financée par le FNS, incluant tous les patients transplantés en Suisse depuis mai 2008, avec création d’une base de données cliniques et d’une biobanque;

  • Etude du rôle des polymorphismes de gènes du système immunitaire inné dans l’incidence des rejets et la survie des greffes rénales.