Découverte d’un anticorps qui neutralise les variants Omicron du Covid

Published by Grand Clementine on 27.07.2022
Le CHUV et l’EPFL ont découvert un nouvel anticorps monoclonal qui neutralise les variants Omicron du SARS-CoV-2. Ces travaux, publiés dans Nature Microbiology, ouvrent la voie à de nouvelles applications prophylactiques et thérapeutiques.

Ce nouvel anticorps confère une protection complète chez les singes lorsqu’il est utilisé de manière prophylactique, et démontre également une grande efficacité thérapeutique. Cette découverte ouvre donc la voie à de nouvelles applications thérapeutiques en tant que médicament destiné à protéger les personnes à risque, notamment immunodéprimées.

L’anticorps, dénommé P2G3, a été isolé à partir d’un donneur précédemment infecté et vacciné deux fois. Il montre une activité neutralisante très puissante contre tous les variants préoccupants du SARS-COV-2, y compris les sous-variants d'Omicron. En se liant à une région spécifique de la protéine Spike, P2G3 peut empêcher le virus de se lier au récepteur ACE2 présent sur les cellules ciblées par l'infection. De plus, en se liant à ce site, P2G3 évite les mutations dans tous les variants du SARS-CoV-2, contrairement à presque tous les anticorps monoclonaux anti-SARS-CoV-2 autorisés ou à des stades avancés d’évaluation clinique.

Ces études structurelles montrent en outre que P2G3 et P5C3, un autre anticorps à spectre large précédemment identifié par les groupes du CHUV et de l’EPFL, se lient à des sites distincts de Spike, démontrant leur complémentarité. C’est pourquoi, bien qu’il soit possible de sélectionner en culture de cellules des mutants du SARS-CoV-2 échappant à la neutralisation de P2G3 seul ou de P5C3 seul, leur complémentarité fait que P2G3 neutralise les mutants échappant à P5C3 et vice versa. Enfin, les études réalisées chez le primate exposé au variant Omicron BA.1 indiquent que P2G3 offre à lui seul une protection complète contre les infections, et qu’associé avec P5C3, il bloque très efficacement la multiplication du virus chez les animaux déjà infectés. Grâce à leur puissante neutralisation et à leur protection démontrée dans des modèles animaux, cette combinaison largement active a le potentiel d'être un excellent cocktail d’anticorps anti-SARS-CoV-2 pour des interventions prophylactiques et thérapeutiques contre tous les variants actuels du SARS-CoV-2 et potentiellement contre ceux qui peuvent émerger. Cette recherche a été réalisée avant l’émergence des variants Omicron BA.4 et BA.5. Cependant, des données récentes indiquent que l'anticorps P2G3 maintient son activité neutralisante contre ces variants BA.4 et BA.5. Des essais cliniques débutant en août 2022 devraient le confirmer. 

Les recherches ont été menées par les équipes du Service d'immunologie et d'allergologie du CHUV, dirigées par le Professeur Giuseppe Pantaleo et le Docteur Craig Fenwick, et par le Laboratoire de virologie et de génétique de l'EPFL, dirigé par le Professeur Didier Trono et la Docteure Priscilla Turelli. L'équipe de recherche a pu réagir rapidement à la pandémie en découvrant des anticorps neutralisants grâce au soutien depuis de nombreuses années de l'Institut Suisse de Recherche sur le Vaccin.

Le développement de ce nouvel anticorps neutralisant marque une étape décisive dans la lutte contre la pandémie de COVID-19 et ouvre la voie à une amélioration de la prise en charge des formes sévères de la maladie ainsi qu’à de nouvelles mesures prophylactiques, en particulier pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli. Cette découverte n’a cependant pas vocation à remplacer la vaccination, qui reste le moyen le plus efficace de se protéger contre l’infection.

Lien vers la publication

Patient-derived monoclonal antibody neutralizes SARS-CoV-2 Omicron variants and confers full protection in monkeys

 

 

 Last updated on 22/09/2022 at 16:10