21
nov.
09h00
au
22
nov.
17h30
Colloque
Université de Lausanne │IDHEAP │Aula │ Rue de la Mouline 28 │Site de Dorigny │Suisse

La PMA et sa réglementation en Europe de l'Ouest

Publié par Teixeira Pimentel Dylan le 21.11.2019
Cycle de trois journées d'études Jeudi 21 novembre 2019 │Vendredi 22 novembre 2019 │ Vendredi 29 mai 2020

Jeudi 21 novembre, 9h-17h30 
Réglementaion de la PMA, enjeux de genre et encadrement éthique.
Identifier et comprendre les différences nationales
Vendredi 22 novembre 9h-17h30 
(Non accès) à la PMA et droits des personnes LGBT.
Appréhender les dynamiques d’inclusion et d’exclusion
Vendredi 29 mai 2020, 9h-17h30 
Le "droit aux origines" : du domaine de l'adoption à celui de la PMA. Histoire, enjeux et controverses 
(Le programme de cette 3ème journée d'étude sera diffusé dans notre prochaine Lettre d'Information)

La procréation médicalement assistée (PMA) est un domaine médical qui, depuis son institutionnalisation dans les années 1970 avec la création des premières banques de sperme, a été perçu comme recouvrant des enjeux sociétaux importants justifiant, à partir des années 1980, un encadrement via des commissions d’éthique et des dispositions légales. On observe toutefois des différences substantielles entre les pays d’Europe de l’Ouest, tant au niveau de la chronologie, des modalités de réglementation que des solutions retenues. Certains pays, décrits comme libéraux, agréent l’ensemble des techniques et ne restreignent guère leur accès. D’autres, jugés restrictifs, limitent l’éventail des pratiques autorisées et réservent celles-ci aux seuls couples hétérosexuels mariés et médicalement diagnostiqués stériles. Une autre cartographie de l’Europe se dessine au travers des dispositions relatives à l’anonymat des donneurs/euses de gamètes versus le droit aux origines. Produit d’un rapport de force à un moment historique donné, les réglementations de la PMA reflètent et reproduisent les normes sociales relatives à la parenté et au genre. Aussi, la PMA constitue-t-elle un objet de recherche de choix pour les études genre, notamment en raison de l’impact des techniques de la PMA sur le corps des femmes, mais aussi de leurs effets possibles sur notre appréhension de ce qu’est la maternité versus la paternité. De plus, depuis une quinzaine d’années, la question de l’accès à la PMA pour les personnes LGBT rend ces enjeux à la fois plus saillants et mieux lisibles. Une description plus détaillée du programme de ce cycle de trois journées d’études est disponible sur le site de l’IHM : www.chuv.ch/journee-etude-ihm

Pour plus d'informations 

 Dernière mise à jour le 08/11/2019 à 12:10