Mettre en place une culture de la qualité

Interview d'Oliver Peters, Directeur général adjoint et président du Comité qualité & sécurité des soins, sur la mise en place d'une gouvernance qualité et sécurité pour offrir des soins sûrs.

A l’heure de la médecine de pointe, qu’est-ce qui incite la Direction du CHUV à mettre en place une gouvernance sur la qualité?
Nous nous sommes toujours intéressés à la qualité et à la sécurité des soins mais, jusqu’à présent, nous ne disposions pas d’une structure centralisée qui suivait les indicateurs comme les réadmissions potentiellement évitables ou la prévalence des escarres, par exemple. Ainsi, nous avons créé le Comité Qualité& Sécurité, composé de représentants de services et de départements, qui suit les résultats des indicateurs, les projets transversaux et supervise la gestion des incidents. Ceux-ci peuvent par exemple concerner une administration erronée de médicaments ou des chutes.

Au niveau des services, nous mettons en place des dispositifs de gestion de la qualitésous la responsabilité des médecins et infirmiers chefs de service. C’est notamment le cas pour le Service de néonatologie, celui des soins intensifs, et cette année, les services de médecine interne, d’oncologie médicale, d’ORL et de chirurgie viscérale.

En 2018, hormis ce dispositif, quels sont les projets mis en place pour assurer la qualité des soins?
Nous avons plusieurs projets prioritaires. GPS+ (Gestion Proactive des séjours), pour mieux préparer les patients à la sortie et organiser des séjours calibrés en fonction des besoins des patients. TeamSTEPPS concerne les transmissions internes. Il s’agit de former les équipes à communiquer de manière structurée pour éviter des oublis ou des malentendus dans le partage des informations concernant le patient. Enfin le projet de sécurisation de la médication et le projet de mobilisation précoce des patients âgés.

Très concrètement, quels sont les avantages pour le patient?
Nous avons beaucoup travaillé sur les événements indésirables afin de réaliser des actions concrètes qui permettent d’éviter que cela touche d’autres personnes. L’objectif ultime pour le patient, c’est de bénéficier d’une institution qui travaille de manière continue sur le niveau de qualité de ses prestations. Ceci ne pourrait se faire sans le concours précieux de tous les collaborateurs concernés!

 

Texte rédigé par Fabienne Pini

 Dernière mise à jour le 23/11/2018 à 18:20