Une « Agora » au service de l'intelligence collective

Publié par Chloe Thomas-Burgat le 08.10.2018
La Fondation ISREC a officiellement remis les clefs de son bâtiment exploité par le CHUV aux institutions partenaires.

« C’est un lieu conçu pour développer l’intelligence collective. » Cette formule, qui revient au Professeur Franco Cavalli, résume à elle seule la fonction d’Agora, dont le bâtiment a été inauguré ce mercredi 3 octobre 2018. Situé à l’ouest de la cité hospitalière, sis au Bugnon 25A, cet édifice est attenant à l’Institut de pathologie, relié par un atrium. Cette configuration particulière symbolise d’ailleurs les missions de ce pôle de recherche translationnelle en oncologie : rapprocher les chercheurs des cliniciens et de leurs patients.

C’est la thématique de la convergence que la Fondation ISREC, qui a financé la réalisation d’Agora, a choisi de placer sur le devant de la scène, lors de la cérémonie officielle d’inauguration. Qu’ils aient été scientifiques, politiques ou poétiques, les discours ont tous loué la prouesse de réunir sous un même toit les différents partenaires (UNIL et UNIGE, EPFL, CHUV et HUG, Institut Ludwig) coordonnés au sein du « Centre suisse du cancer – Arc lémanique ». Pas moins de quatre conseillers d’Etat vaudois et genevois, les autorités académiques et les directions des hôpitaux universitaires, le président de l’EPFL ont pris la parole pour évoquer les perspectives qu’offre la mutualisation des savoirs.

L’interprétation des extraits d’une oeuvre lyrique de François Debluë et Jean-Luc Darbellay a mis en évidence l’acoustique du magnifique auditoire Yves Paternot ; l’art était également présent sous la forme de sculptures d’Etienne Krähenbühl remises en guise de clef aux futurs occupants d’Agora.

300 chercheurs d'ici 2019

La mise en service d’Agora, qui comprend trois plateaux de laboratoires dans sa partie aérienne, un niveau commun avec auditoire et cafétéria, ainsi qu’un parking, a débuté et va se poursuivre pour héberger jusqu’à 300 médecins, biologistes, généticiens, immunologistes et bio-ingénieurs d’ici à l’année prochaine. Tous sont issus des institutions partenaires.

Un point de restauration

Grâce à ce nouveau bâtiment,  l’offre de restauration du CHUV va s’enrichir dès janvier prochain, grâce à l’ouverture du « Lab », une formule snacking augmentée qui servira également des plats chauds.

 Dernière mise à jour le 19/10/2018 à 18:10