Registre mondial créé au CHUV: impact du COVID-19 sur la grossesse

Publié par Mean Elise le 02.04.2020
Accélérer la recherche médicale sur le coronavirus et les femmes enceintes : tel est l’objectif d’une équipe de chercheurs des Services d’obstétrique et de pharmacie du CHUV ainsi que du Département des maladies infectieuses de l’Inselspital de Berne

Les données collectées en Chine, en Italie et en Espagne sur la santé des femmes enceintes infectées par le coronavirus (SARS-CoV-2) et leur bébé sont à ce jour rassurantes : les femmes enceintes ne sont pas plus infectées que les femmes qui ne sont pas enceintes et elles ne développent pas une forme plus sévère de la maladie que les femmes non enceintes.

Toutefois, peu d'études décrivent encore l'impact du virus du SRAS-CoV-2 sur la grossesse et en particulier l’impact de ce virus au cours du premier et du deuxième trimestre de la grossesse, sur la mère et son bébé.

« La création de notre registre, appelé COVI-PREG va permettre une collecte rapide et sécurisée de nombreuses données au niveau mondial. L’analyse de ces données nous permettra d’informer les patientes enceintes de manière plus précise et au besoin d’améliorer leur prise en charge. » explique le Pr David Baud, chef du Service d’obstétrique au CHUV et co-responsable de cette étude avec la Dre Alice Panchaud (pharmacienne au CHUV) et la Dre Karoline Aebi (gynécologue à l’Inselspital).

Plus de 85 centres dans le monde qui participent 
Il aura fallu moins de deux semaines à l’équipe de recherche pour lancer ce registre. Une prouesse rendue possible grâce à l’expérience de l’équipe qui avait déjà constitué un registre lors de l’épidémie de Zika. Aujourd’hui 85 hôpitaux des quatre coins du monde ont déjà rejoint le registre et participent à la collecte internationale de données. Au niveau national, le comité d'éthique a accepté la collecte de données pour tout le pays.

« Nous avons estimé que chaque centre collectera les données d’un minimum de 40 patientes, ce qui devrait nous permettre d’avoir plus de 3'000 patientes au sein de ce registre. Ce nombre va nous permettre de mieux comprendre s’il existe des risques liés à l’infection à SARS-CoV-2 pendant la grossesse » commente la Dre Alice Panchaud.

Un outil ré-activable pour de futures épidémies
« La réactivité est extrêmement importante pour collecter l’information pendant une épidémie » commente la Dre Alice Panchaud.  « Grâce aux outils informatiques que nous avons et allons développer, nous souhaitons que notre registre soit prêt pour l'avenir » complète-t-elle. 
« Les exemples récents, comme ZIKA ou Ebola, ont montré le manque de préparation mondiale pour réagir de manière structurée et rapide aux épidémies émergentes. Notre registre sera facilement réutilisable et adapté à tout futur pathogène émergent qui pourrait affecter les femmes enceintes. Il permettra d’inscrire des patientes au tout début d'une crise émergente à travers le grand réseau que nous sommes en train de développer pour ce registre. » conclut le Pr David Baud.

En savoir plus : www.chuv.ch/covi-preg

 Dernière mise à jour le 29/05/2020 à 16:10