Un ouvrage raconte l’histoire sociale de la transplantation d’organes

Publié par Martinez Elena le 28.09.2021
Un livre retrace les enjeux sociohistoriques du don et de la transplantation d’organes en Suisse, de 1945 à nos jours. Il est signé par Vincent Barras, FBM-CHUV, Raphaël Hammer, HESAV, et Manuel Pascual, FBM-CHUV.

La transplantation et le don d’organes constituent aujourd’hui un des enjeux médicaux et de santé publique d’importance, en Suisse comme dans d’autres pays occidentaux. En effet, les «receveurs» sont toujours plus nombreux sur liste d’attente, alors que les «donneurs» manquent à l’appel.

La médecine de la transplantation est apparue dans les années 1960 et a évolué au fil des avancées médicales (en chirurgie, en immunologie, etc.), mais aussi surtout, nous disent les auteurs, en fonction des évolutions culturelles et sociales. Elle constitue à ce titre un des domaines de la médecine les plus imprégnés de facteurs philosophiques, éthiques, juridiques, culturels ou politiques. «Au-delà de ses dimensions médicales et thérapeutiques, la greffe d’organes engage des questions fondamentales et fortement chargées sur le plan symbolique et émotionnel: l’intégrité du corps, la notion de personne, l’autonomie du sujet, le statut du cadavre, la valeur des organes ou encore la définition de la mort», nous expliquent Raphaël Hammer et Vincent Barras en introduction de l’ouvrage Don et transplantation d'organes en Suisse. Enjeux historiques et sociologiques (1945-2020).

L’histoire de la transplantation et du don d’organes a été peu étudiée. Ce livre se propose de retracer comment, dans le contexte helvétique, la médecine de la transplantation s’est construite et comment le don d’organes y est devenu un tel enjeu de santé publique. Sur la base d’un matériau empirique riche et diversifié, c'est l’institutionnalisation progressive de la médecine de la transplantation dans les hôpitaux qui est mise en évidence, ainsi que l’émergence de Swisstransplant comme acteur clé de la régulation de la greffe en tant que pratique médicale et sociale. La question de la promotion du don d’organes comme cause dans l’espace public est également analysée, à travers une enquête de terrain sur la mobilisation des associations de patients transplantés en Suisse romande. Enfin, un dernier chapitre fait le point sur les développements institutionnels les plus récents de la transplantation et du don d’organes dans le contexte helvétique.

Don et transplantation d'organes en Suisse. Enjeux historiques et sociologiques (1945-2020). Ouvrage dirigé par Raphaël Hammer, Vincent Barras et Manuel Pascual, Editions Georg (2021), 394 p.

Auteurs
Vincent Barras
 est professeur ordinaire en histoire de la médecine à l’UNIL et dirige l’Institut des humanités en médecine CHUV-UNIL.
Alexia Cochand est doctorante en histoire de la médecine à l’Institut des humanités en médecine CHUV-UNIL.
Raphaël Hammer est sociologue de la santé et de la médecine, professeur à l’Hesav et à la HES-SO.
François Kaech est doctorant en sociologie à la Faculté des sciences sociales et politiques de l’UNIL.
Manuel Pascual est professeur ordinaire à la FBM et médecin chef de service du Centre de transplantation d’organes du CHUV et directeur médical du Centre universitaire romand de transplantation. Il devient, au 1er août 2021, Doyen de la Faculté de biologie et de médecine de l’UNIL.

Ont également contribué: Andrea Arz de Falco, éthicienne et vice-Directrice de l’Office fédéral de la santé publique, Philippe Eckert, Directeur général du CHUV, et Franz Immer, Directeur de la Fondation Swisstransplant à Berne.

 

 Dernière mise à jour le 28/09/2021 à 12:10