Sport et commotion cérébrale

La commotion cérébrale, qu’est-ce que c’est ?

Les commotions cérébrales sont fréquentes, potentiellement graves et pourtant encore souvent banalisées. Elles résultent d’un coup à la tête au visage ou au cou (ou même ailleurs dans le corps si la propagation des forces est transmise au niveau de la tête), d’une chute ou d’un impact important, créant une collision entre le cerveau et les parois de la boîte crânienne.

Est-ce un problème fréquent ?

C’est le type de traumatisme du cerveau le plus fréquent chez les sportifs.ve.s. Certains sports sont particulièrement à risque : les sports de contact (rugby, hockey sur glace, football, arts martiaux…) et les sports avec chutes potentielles (ski, patinage artistique, …). On compte 0.5 à 12 commotions cérébrales par 10'000 événements sportifs.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes sont variables d’une personne à l’autre. Ils peuvent arriver aussi bien immédiatement que plusieurs heures après l’accident. Tu peux ressentir une difficulté à te concentrer, un manque de réaction, être désorienté·e ou ne plus arriver à parler.  Certains perdent même connaissance ou momentanément la mémoire. Tu pourrais même ne pas te rappeler de ton accident.

Symptômes pouvant indiquer une commotion cérébrale :

Physiques :

  • Maux de tête
  • Nausées
  • Vomissements
  • Vertige
  • Fatigue
  • Déséquilibre
  • Perte de connaissance

Comportementaux:

  • Irrité
  • Triste
  • Anxieux
  • Agité
  • Distrait

Cognitifs:

  • Trouble de la mémoire
  • Trouble de la vision
  • Altération des sens
  • Expression d’émotion amplifiée
  • Trouble su sommeil

Que faire après une chute ou un choc sur la tête ?

Tout de suite après le choc : 

Stoppe immédiatement ton activité et informe un adulte, même si tu n’as pas encore de symptômes. Il évaluera la gravité de la situation et si une commotion est suspectée, il faut consulter un médecin.

Ne reste surtout pas seul dans les heures qui suivent l’accident, n’oublie pas que les symptômes peuvent apparaître après coup !

Quand faut-il s’inquiéter ?

Si tu as un de ces symptômes dans les 24-48h après ton traumatisme :

  • Perte ou détérioration de l’état de conscience
  • Aggravation du mal de tête (en particulier s’il est localisé)
  • Vomissements persistants
  • Changement de comportement (irritabilité, agitation)
  • Difficulté à se réveiller, somnolence excessive
  • Difficulté à voir, entendre, parler ou marcher
  • Convulsions
  • Confusion ou désorientation (difficultés à reconnaître les gens ou les lieux)

Rends-toi immédiatement aux urgences, même si tu as déjà vu un médecin. Si tu as besoin de soins immédiats, appelle le 144.

Quels conseils pour une bonne récupération ?

Quelle que soit la gravité de ta commotion, tu dois respecter un repos cérébral de 48h : zéro activité physique et zéro école, éviter les écrans, même si c’est difficile, dormir autant que possible, manger et s’hydrater correctement.

Une fois ce temps de repos respecté, tu peux reprendre progressivement tes activités habituelles en suivant les conseils donnés par ton médecin. Tu pourras reprendre dans un premier lieu tes activités scolaires ou professionnelles, d’une manière graduelle, puis après quelques jours (une semaine le plus souvent) tes activités physiques par paliers. Lorsque tous tes symptômes auront complètement disparu et après évaluation par ton médecin du sport, tu pourras reprendre le sport.

 

École

Sport
1ère étapeReprise des activités scolaires courtes à la maison (lecture)

Activités quotidiennes et exercices légers et courts généraux

Sans contact

2ème étapeAugmentation des activités scolaires (devoirs, lecture, etc) à la maison

Augmentation de l'intensité 

Sans contact

3ème étape

École à temps partiel ou avec de nombreuses pauses

Exercices spécifiques au sport mais sans mouvements à risque 

Sans contact

4ème étapeÉcole à temps partiel ou avec de nombreuses pauses

Exercices plus complexes mais

Sans contact

5ème étape

École à temps plein

Entraînement à 100%,

Contact

6ème étapeÉcole à temps pleinCompétition

Un plan de reprise individuel des activités en plusieurs étapes doit être mis en place avec ton médecin.

En général, il te faudra compter une dizaine de jours mais cela peut-être plus long, à discuter avec ton médecin. Un retour impatient au jeu serait dangereux ! Si des symptômes réapparaissent, tu dois revenir à l’étape précédente pour un à deux jours puis réessayer, jusqu’à ce que tu n’aies plus aucun symptôme pour passer à l’étape suivante.

Une consultation chez un.e psychologue du sport est souvent aussi utile car tu peux garder une certaine irritabilité ou sensibilité aux émotions amplifiée.

Si tu stoppes immédiatement le sport, respecte une période de repos, puis un programme de retour progressif, l’évolution sera généralement spontanément favorable en 2-3 semaines et tu auras permis à ton cerveau de récupérer totalement et sans séquelle ; la commotion ne sera plus qu’un mauvais souvenir.

Si, au contraire, tu reprends trop vite tes activités, tu risques d’aggraver ton état avec un syndrome post-commotionnel (les symptômes de ta commotion perdurent plus longtemps que prévu, parfois des années !). Une autre complication est liée syndrome du second impact, c’est-à-dire une deuxième commotion qui survient avant la guérison de la première (dans les heures, jours ou même semaines qui suivent). Elle sera vraiment beaucoup plus dangereuse que la précédente.

Sur le long terme, si tu enchaînes les commotions à répétition, tu risques des problèmes neurologiques à vie comme une encéphalopathie chronique post-traumatique, atteinte dégénérative du cerveau bien connue chez les boxeurs et les joueurs de foot US.

Contacter le Centre SportAdo

Liens et documents utiles

 Dernière mise à jour le 03/11/2021 à 16:34