Le sommeil des enfants et des adolescents, une spécialité encore rare

Publié par Grand Clementine le 03.01.2023
La Dre Virginie Bayon est spécialiste des troubles du sommeil au CIRS et s’occupe particulièrement de ceux des enfants et des adolescents, en étroite collaboration avec le Service de pédiatrie.

Arrivée en 2018 au Centre d’investigation et de recherche sur le sommeil du CHUV (CIRS), la Dre Virginie Bayon s’est spécialisée dans le sommeil des enfants et des adolescents. Cette spécialité, encore rare en Suisse, entretient d'étroites collaborations avec le Service de pédiatrie, car les troubles du sommeil des enfants diffèrent de ceux des adultes.

 

Les jeunes patient·e·s de la Dre Bayon présentent des troubles du sommeil qui peuvent avoir des origines et des manifestations très diverses : insomnies comportementales chez les tout-petits, apnées du sommeil, somnambulisme conduisant à des actions potentiellement dangereuses, perturbations du sommeil dans le cadre des troubles du spectre de l’autisme.... Il s’agira alors de prendre en compte tous les paramètres du contexte global et de collaborer avec les équipes de pédiatrie, neuro-pédiatrie et pédopsychiatrie. 

 

La Dre Virginie Bayon est aussi co-responsable d’une consultation traitant spécifiquement de l’apnée du sommeil chez les enfants. Avec la Dre Sophie Guérin, de l’Unité de pneumo-pédiatrie, elles accueillent de jeunes patient‧e‧s souffrant de troubles respiratoires impactant leur sommeil. Cette consultation collabore également avec les spécialistes, ORL, dentistes, chirurgiens maxillo-faciale et endocrinologues. À la différence des adultes souffrant d’apnées du sommeil, on observe plus facilement une évolution positive chez les enfants.

 

Une autre problématique fréquente des troubles du sommeil chez les jeunes est l’exposition trop importante aux écrans. Au décalage habituel et physiologique des horaires lié à l’adolescence vient alors parfois s’ajouter un véritable syndrome retard de phase qui se manifeste par un endormissement très tard conduisant à un réveil tardif, entrainant un décalage horaire, avec des conséquences sur la fatigue, la concentration et la scolarité. La Dre Bayon explique alors aux jeunes patients les risques liés aux écrans, la nécessité de recaler leur horloge interne par le respect d’horaires de coucher et de lever réguliers et peut proposer un traitement pharmacologique spécifique si nécessaire.

 Dernière mise à jour le 04/02/2023 à 16:10