Le LABR, laboratoire aux 5'000 naissances

Les experts embryologistes sont un maillon essentiel de la procréation médicalement assistée. A vos côtés avec les équipes de la Médecine de la fertilité, ils œuvrent sans relâche pour vous permettre de concrétiser votre projet de famille.

Depuis 20 ans, la Dre Marie-Pierre Primi, responsable du Laboratoire d’andrologie et de biologie de la reproduction (LABR) du CHUV, s’est vu adresser d’innombrables faire-part de naissance. «Quand les embryons dont nous avons pris soin et dont nous avons observé le développement dans notre laboratoire pendant quelques jours aboutissent à une grossesse, c’est à chaque fois une merveilleuse nouvelle!», s’enthousiasme l’experte en fécondation in vitro.

A chaque étape des traitements, elle veille à soigner le lien qu'elle entretient avec les couples qui s'en remettent à l'UMR. Avec son accent chantant, la biologiste d’origine française apprécie de leur communiquer les résultats de vive voix: «L’annonce des résultats de la fécondation, par exemple, est toujours suivie de réactions très différentes de la part des couples, selon qu’ils vivent leur premier cycle de traitement, qu’ils aient déjà eu un enfant ou qu’ils aient déjà vécu un précédent échec d’implantation. Il est donc très important d’expliquer les résultats de façon personnalisée, et de rester toujours à la disposition de ceux qui auraient besoin d’éléments supplémentaires de compréhension».

Par la suite, «nous vivons l’attente du test de grossesse avec eux. En cas d’échec, nous allons analyser le pourquoi avec l’équipe médicale et chercher à comprendre ce qui n’a pas fonctionné, au niveau des ovocytes, des spermatozoïdes ou de leur rencontre, afin de l’expliquer aux couples et de leur faire des propositions pour la suite de leurs traitements», évoque encore la Dre Primi. «L’échec est aussi difficile pour nous», admet-elle. «Cela dit, il existe toujours une part dans le processus de développement embryonnaire sur laquelle nous n’avons pas de prise au laboratoire. Mais pour tout ce qui concerne notre intervention dans la fécondation des gamètes que les couples nous confient et dans la culture des embryons qui en résulte, il est de notre responsabilité d’être irréprochables», précise la scientifique.

Des experts historiques de la procréation médicalement assistée (PMA)

Grâce à un environnement technologique à la pointe, accrédité de labels Qualité de rigueur, les professionnels du LABR pratiquent, depuis plus de 30 ans, les fécondations in vitro ou ICSI, dans le respect de la loi, en veillant à la dignité des couples et des premières cellules de vie qui leur sont remises.

Triés sur le volet, formés à l’internationale, ces spécialistes prennent en charge les ovocytes imprégnés, leur congélation, décongélation et leur transfert. «Nous suivons régulièrement des formations, en Suisse ou à l’étranger pour maintenir nos standards», explique la Dre Primi. Au LABR, se déroulent également les analyses de sperme, les inséminations par le sperme du conjoint ou celui d’un donneur, et la banque de sperme y est hébergée. «Les dons suffisent tout juste à répondre à la demande, en raison des critères de sélection très stricts», précise la biologiste.

Des experts de la préservation de la fertilité

Phénomène nouveau, depuis quelques années, se sont développés des programmes de préservation de la fertilité, chez l’adulte comme chez l’enfant, tant féminin que masculin, pour des raisons médicales ou dites sociales.

«Nous souhaitons offrir à nos patientes et patients toutes les chances de devenir parents un jour, ce qui nous pousse à développer de nouvelles solutions», explique la Dre Primi. Aussi, en cas de cancer, le LABR est à même de procéder au prélèvement d’ovaires chez les femmes ou les très jeunes filles, ou celui de testicules immatures chez les garçons pré-pubères, même parfois âgés de quelques mois seulement. Les tissus prélevés sont alors mis en congélation, sans limite de temps, en attendant de pouvoir être utilisés un jour. Le LABR travaille en réseau avec des oncologues et des onco-pédiatres du CHUV mais également de Genève, Fribourg ou encore de Belgique. «Les techniques de congélation de ces tissus sont certes prometteuses, mais elles sont toujours en développement et des avancées sont attendues dans les prochaines années», prévient toutefois la spécialiste.

Quant à la préservation de la fertilité à but social, par la congélation des ovocytes, la demande émerge d’une toute nouvelle patientèle. Il s’agit de femmes, trentenaires, célibataires en général, lancées dans une formation ou une carrière, et qui souhaitent remettre à plus tard leur maternité sans pour autant compromettre leurs chances de succès en raison de l’âge. «La préservation de la fertilité à but social est un domaine en plein essor et il faut pouvoir y répondre, sans jugement de valeurs», estime la Dre Primi. «Tout est réalisé dans le cadre défini par la loi (LPMA) dans ce cas, comme dans les autres traitements de reproduction assistée», rassure-t-elle.

Des experts tournés vers l’avenir

Dès le 1er septembre 2017, d’importants changements permettent aux couples de maximiser leurs chances de devenir parents. Ces changements portent notamment sur la possibilité de mettre en culture jusqu’à douze ovocytes imprégnés, l’autorisation de congeler les embryons après leur culture prolongée et l’autorisation de réaliser le diagnostic préimplantatoire (DPI). «L’impact sur notre travail sera très important. Nous sommes déjà formés à cette nouvelle technologie et continueront de nous maintenir à niveau dans le souci d’offrir la meilleure prise en charge à nos couples», conclut la responsable du LABR.

Le saviez-vous ?

Le premier bébé issu de la PMA lausannois est un petit garçon né au CHUV en juillet 1986, suite à une fécondation in vitro au LABR. Toujours au CHUV, en juin 1995, voit le jour une petite fille, premier bébé conçu à la suite d'une injection directe du spermatozoïde dans l'ovocyte (ICSI).

A ce jour, plus de 5 millions de bébés sont ainsi nés de par le monde grâce aux FIV et ICSI !

Photo: ©Lauriane Aeby, SAM - CHUV
Texte: Gabriella Sconfitti, Service de communication - CHUV

Contact

Laboratoire d’andrologie et de biologie de la reproduction
Le LABR vous répond du lundi au vendredi, de 7h30 à 11h et de 12h à 15h30
Il se situe au 7ème niveau de la Maternité.
Médecine de la reproduction
Maternité du CHUV
Av. Pierre Decker 2
CH-1011 Lausanne
Tél. +41 21 314 31 61
Responsable:
Dre Marie-Pierre Primi, PhD
Tél. +41 21 314 34 26
 Dernière mise à jour le 14/08/2018 à 10:52