Rencontre avec la Dre Surbone

Perméabilité des trompes: la fin des examens douloureux

Clap de fin pour l' "hystérosalpingographie"! Cet examen pratiqué pour tester la perméabilité des trompes, bien qu'efficace, est particulièrement désagréable. On fait le point avec la Dre Anna Surbone.

En quoi consiste l'hystérosalpingographie ?

A l'aide d'un liquide de contraste injecté dans les trompes, il est possible de vérifier si les trompes ne sont pas obstruées et/ou dilatées. 

Cet examen pratiqué pour tester la perméabilité des trompes dans le cadre d'une prise en charge en Médecine de la fertilité, bien qu'efficace, peut être particulièrement douloureux et est souvent mal vécu par les patientes. De plus, il comporte une exposition à des rayons X, même si en faible quantité, exposition que l'on souhaiterait éviter, surtout chez des femmes en âge de procréer. 

L'hystérosalpingoraphie, un cauchemar pour beaucoup de patientes...

Oui, en effet. Les patientes évoquent souvent ce moment comme étant le plus douloureux pour elles dans le cadre d’un traitement de procréation médicalement assistée, et non les piqûres d’un traitement de fécondation in vitro par exemple.

Place à la "sono-hystérosalpingographie". Qu’est-ce que c’est ?

La "sono-hystérosalpingographie - ou HyCoSy - répond aux mêmes objectifs que le précédent examen, en étant moins invasive, moins douloureuse et sans exposition à des radiations ionisantes. Désormais, c'est par une simple échographie que ce nouvel examen diagnostique est effectué. De l'eau physiologique et de l’air remplacent le précédent produit de contraste iodé et un ultrason est réalisé, par voie vaginale, pour l'évaluation de la cavité utérine et des trompes. Pour cette raison, l’HyCoSy s’adapte aussi aux patientes allergiques aux produits de contraste iodés. 

Indolore donc, vraiment ?

Cet examen est très bien toléré par la majorité des patientes. Certaines éprouvent des douleurs légères au bas ventre ou constatent de légères pertes de sang. Mais rien d’équivalent à la méthode précédente, je vous rassure !

Cette méthode est fiable et peut être réalisée dans la plupart des cas. Parfois (mais cela est très rare !), si l’HyCoSy ne permet pas d’obtenir une bonne «photographie» des trompes, l’hystérosalpingographie sera donc recommandé. 

Avez-vous dû suivre une formation particulière pour pouvoir pratiquer cet examen ?

Oui, je suis allée dans un centre de référence à Turin où j’ai suivi deux sessions de formation, en  mars et avril 2018. En cas de question sur l'une ou l'autre option, je suis à disposition pour répondre à toutes les questions des patientes.

 

Photo: ©Lauriane Aeby, SAM - CHUV
Texte: Gabriella Sconfitti, Service de communication - CHUV

 Dernière mise à jour le 14/08/2018 à 16:06